Je marchais le long du chemin qui fait le tour du lac derrière ma maison. C’était une soirée d’octobre tranquille, juste avant le coucher du soleil, le ciel avait une très belle couleur semblable à une peinture. La température se rafraîchissait aux alentours de cinquante degrés, pas de doute, l’automne était dans l’air.

En marchant, j’ai écouté le doux bruit des feuilles qui bruissaient autour de moi et sous mes pieds, j’ai regardé en bas et je me suis émerveillée de la façon dont chacune d’entre elles, si différente, semblait avoir été fraîchement peinte à partir d’une palette colorée d’oranges et de rouges vifs. Je marchais sur ce sentier presque tous les soirs et je faisais du jogging le matin pour garder mon jeune corps ferme et en forme. J’aimais la tranquillité et la disponibilité qui m’étaient offertes pour penser à toutes les petites choses de la vie pendant que je marchais.

J’avais approché la moitié du chemin pour mon deuxième tour, le soleil avait maintenant complètement quitté l’horizon supérieur de notre monde, et l’obscurité remplaçait maintenant le ciel autrefois coloré. J’ai levé les yeux et soupiré devant les magnifiques étoiles, si brillantes, et qui me regardaient comme un million d’yeux d’anges. Comme d’habitude, la vue était à couper le souffle. J’ai continué à marcher et en m’approchant d’une zone du chemin où se trouvaient des tables de pique-nique et des bancs, j’ai vu quelques amis du quartier assis autour d’eux en train de rire et de glousser. Il y avait Jeanine, une petite brune mignonne que je connaissais depuis environ 7 ans, Mark, un type de mec sympa mais gênant, Tim, un canon avec qui je suis sortie plusieurs fois, et un noir que je ne connaissais pas, qu’ils m’ont présenté plus tard comme Léon. Ils ont tous hurlé leurs bonjours et leurs salutations, et m’ont fait des câlins, j’adore les câlins.

J’ai fait comme une dame et j’ai serré la main de Léon quand ils nous ont présentés. Ils étaient tous si hilares que je savais qu’ils avaient fait quelque chose. À peu près à ce moment-là, Mark a sorti un joint et l’a allumé… “C’est le moment d’en fumer un autre ?” a-t-il demandé. “C’est donc pour ça que vous êtes tous si bizarres ce soir”, ai-je dit en riant. Je me suis assise sur l’une des tables de pique-nique en parlant négligemment avec eux tous. Environ une heure s’est écoulée pendant que je regardais mes amis devenir encore plus défoncés et agir de façon stupide de minute en minute. Cela ne me dérangeait pas car je trouvais qu’ils étaient une sacrée équipe de comiques. Même si je ne fume rien, même pas de cigarettes qui ne m’ont jamais intéressée, je me fiche de qui fait quoi. Je suis très ouverte à à peu près tout. Je ne me rapproche simplement pas trop de quelqu’un qui fait des trucs comme ça.

Tim est venu s’asseoir à côté de moi et nous avons commencé à bavarder, plutôt dans notre propre petit monde. Je ne prêtais pas beaucoup d’attention aux trois autres, maintenant des drogués délirants, que j’appelle des amis. Tim a toujours été très gentil avec moi, nous nous connaissions depuis un certain temps. Il a toujours essayé de faire de moi sa petite amie stable, mais je n’avais jamais voulu être sérieuse avec quelqu’un à l’époque. Nous sommes sortis plusieurs fois ensemble, et nous nous sommes toujours beaucoup amusés, terminant la soirée en nous embrassant, mais rien de plus. C’était un type magnifique, légèrement musclé, au teint et aux cheveux foncés, aux yeux bleus vifs et à l’un des culs les plus sexy que j’aie jamais vus sur un type. C’était le genre de gars dont ma mère m’avait toujours dit de me méfier.

J’ai sauté et je me suis dirigée vers le lac, en prenant la main de Tim dans la mienne. Le lac était comme un miroir, on pouvait vraiment voir les étoiles dans l’eau immobile. Et la lune qui éclairait toute la région comme un gros projecteur scintillait sur le lac. Nous avons marché sans but au bord de l’eau pendant une vingtaine de minutes. Il m’a demandé de l’accompagner à une soirée mascarade d’Halloween. J’avais tout entendu sur cette fête, elle était censée être énorme. Ma meilleure amie Lisa et moi avions parlé plus tôt dans la semaine d’y aller avec des rendez-vous, nous ne savions juste pas avec quel gars. Quelques personnes m’avaient demandé d’y aller. J’ai dit à Tim que je lui ferais savoir. Quelle fille ne voudrait pas être vue avec un gars magnifique comme lui, me suis-je dit. Nous avons lentement fait notre chemin jusqu’à la table de pique-nique. Soudain, une explosion a rempli la nuit presque silencieuse.

Alors que nous nous rapprochions de la source du crissement, les gémissements devenaient de plus en plus évidents à chaque pas. Nous nous sommes tous les deux arrêtés dans nos traces à environ trois mètres de Jeanine, Mark et Léon. Je me suis rapidement tournée pour marcher dans l’autre sens, mais Tim m’a arrêtée. Il m’a demandé ce qui n’allait pas avec ce qui se passait, j’ai répondu : “Rien, mais nous ne devrions pas nous asseoir et regarder, ça a l’air plutôt privé” Il a rapidement répondu : “Privé ? Ici, sachant que nous sommes là, ils ne peuvent pas se soucier de l’intimité”. Je l’ai regardé, puis les trois et la frénésie sexuelle qui se déroulait sous mes yeux. J’ai de nouveau détourné les yeux. Mais quelque chose continuait à attirer mes yeux vers cette scène, même si mes yeux n’arrivaient presque pas à croire ce qu’ils voyaient. La salope nue était à quatre pattes sur la table de pique-nique, sa jupe était remontée sur son dos. Elle tenait la queue dure de Mark dans ses mains tandis que Léon faisait entrer et sortir son énorme chibre noir en elle par derrière. À chaque poussée, elle couinait bruyamment.

J’étais stupéfait et hypnotisé en même temps. Mon esprit me disait de partir, de m’éloigner, mais j’en étais incapable. J’ai regardé la queue épaisse et ondulante de Marks dans la petite main de Jeanine… de temps en temps, elle se concentrait suffisamment pour faire monter et descendre sa main le long de sa tige. Je regardais ensuite la bite noire de Léon qui entrait et sortait d’elle. Je n’avais jamais vu un garçon noir nu auparavant et je n’avais certainement jamais vu une bite noire. De là où Tim et moi nous tenions, le clair de lune éclairait suffisamment la zone pour voir beaucoup de détails. Léon bougeait d’avant en arrière à un rythme assez rapide, mais une partie de sa queue épaisse scintillait quand même de l’humidité dans la lumière de la lune à chaque retrait, et je l’apercevais juste avant qu’elle ne replonge dans le fourreau humide de Jeanine. Je n’avais aucune idée de sa durée mais il faisait sortir un cri de Jeanine à chaque poussée.

Tim est arrivé derrière moi et a enroulé ses bras autour de moi en me tenant fermement. Il a chuchoté dans mon oreille “C’est chaud ou quoi ?”. Je pouvais à peine marmonner un seul mot. Il s’est pressé contre moi avec force. Je pouvais voir qu’il appréciait le spectacle en voyant la bosse dans son pantalon qui se pressait contre mon dos. Je pouvais même sentir sa virilité palpiter de temps en temps. Mon esprit s’est brièvement interrogé sur l’apparence de sa queue et sur sa taille. Ma propre curiosité a pris fin avec un autre couinement et un gémissement fort de Jeanine. Elle plongeait maintenant sa bouche de haut en bas sur la grosse queue de Mark en synchronisation avec la viande de l’homme qui la baisait furieusement par derrière. Je regardais la queue de Mark. Elle était belle et épaisse, pas très longue mais épaisse. Les lèvres de Jeanine étaient bien tendues autour de la circonférence. Ses joues se gonflaient à chaque fois que sa chair disparaissait dans sa bouche. Elle remuait la tête de haut en bas à un rythme très rapide maintenant. Mark a soulevé ses fesses de la table de pique-nique, poussant sa chair dans la bouche affamée de Jeanine. Léon la labourait en avant en s’enfonçant dans sa chatte. Elle gémissait bruyamment maintenant, mélangé aux gémissements profonds de Mark et Léon.

Après environ dix minutes, les gars ont changé de place. J’ai regardé Léon retirer son bâton sombre et lisse de Jeanine et se diriger vers son visage. Mark s’est positionné derrière elle. J’ai regardé Léon prendre sa grosse bite noire et frotter le bout glissant sur tout son visage et ses lèvres. Sa bite était grosse, un bon huit pouces et assez épaisse. Lustrées par le clair de lune, les veines ressortaient très visiblement. Je savais maintenant pourquoi elle couinait à chaque poussée. J’étais transpercé par la scène qui se déroulait devant moi, inconscient du monde qui m’entourait, même inconscient de la bite palpitante contre mon dos. De temps en temps, je revenais à la réalité en la sentant contre moi. Tim me tenait très fort maintenant. J’ai senti cette sensation familière d’excitation monter en moi. J’étais mouillée et mes mamelons étaient extrêmement durs. J’ai essayé de cacher mon excitation à Tim du mieux que je pouvais, pour ne pas me mettre dans une situation trop emportée. Ma seule respiration, lourde et profonde, aurait cependant été un indice très révélateur, que je ne pouvais pas tout à fait cacher.

Léon s’est appuyé sur ses mains pendant que Jeanine léchait de haut en bas le dessous de sa tige. Elle a ensuite aspiré une boule dans sa bouche et il a gémi très fort. D’abord l’une, puis l’autre. Puis elle a consommé la tête de sa queue entre ses lèvres et l’a aspiré centimètre par centimètre dans sa bouche, s’arrêtant évidemment lorsque la pointe a frôlé l’entrée de sa gorge. Elle l’a maintenu là sans bouger. D’après les gémissements de Léon, sa langue le travaillait. Mark était derrière elle et s’accrochait à ses hanches, puis soudain elle a poussé un grand cri. J’ai sursauté à cause de son gémissement soudain et douloureux. Mes yeux se sont agrandis. J’ai instinctivement regardé pour voir si quelqu’un était dans les parages. Puis mon regard s’est tourné vers Jeanine. Mark s’est accroché très fort à ses hanches et a crié à quel point “son petit trou du cul était serré”.

Oh mon Dieu, ai-je pensé, ce n’est pas possible. Il a sa bite dans son cul. Ce poteau charnu et épais dans son cul ? Je pouvais sentir sa douleur. Rien n’avait jamais été là en moi, je ne pouvais pas l’imaginer. Elle a libéré la bite de sa bouche alors qu’elle criait à nouveau. “Non, non”, a-t-elle plaidé. “Oh mon dieu, s’il te plaît, enlève-le, ça fait mal” a-t-elle crié. Mark l’a simplement maintenue fermement alors qu’elle se battait pour avancer et essayer de le retirer d’elle. Elle n’avait aucune chance car il continuait à maintenir son énorme viande dans son cul. À force de se tortiller et de crier pour qu’il arrête, j’ai supposé qu’elle n’avait jamais rien eu là non plus. Je sentais que je devais faire quelque chose mais Tim m’a serré plus fort, il m’a murmuré “attends, elle va s’en sortir”. J’ai regardé, choquée par ce qui se passait. Bientôt, elle semblait se détendre et très lentement, Mark a commencé à bouger. Très lentement d’abord, il s’est éloigné d’elle puis s’est remis en place. Jeanine a gémi très fort encore et encore, mais a progressivement perdu le son de la douleur dans son ton. Chaque fois semblait plus agréable pour elle. Elle a relâché sa prise d’étranglement sur la pauvre bite de Léon et l’a de nouveau pris dans sa bouche. Mark bougeait maintenant son cul d’avant en arrière, lentement mais sûrement. Mon petit cul me faisait mal rien qu’à l’idée d’y avoir une bite enterrée. J’ai presque craqué à cette idée. J’ai regardé avec admiration Jeanine prendre ce gros membre dans et hors de son cul comme une pro. Ses cris étaient des gémissements forts maintenant. Pour une raison quelconque, la bite de Marks semblait tellement plus grosse en glissant dans et hors d’un endroit aussi minuscule.

La main de Tim a attiré mon attention, détournant mes yeux du trio devant moi. Il a saisi ma poitrine en massant fermement mon mamelon dur à travers mes vêtements. J’étais indéniablement plus chaude que chaude d’après ce dont j’étais témoin et Tim le savait manifestement. Ma première réaction a été de vouloir l’arrêter, mais au lieu de cela, j’ai fermé les yeux et soupiré alors que ses deux mains étaient maintenant sur mes seins. Je ne voulais pas m’engager dans quelque chose de trop profond, je me suis retirée à contrecœur, il a soupiré un “awwww”. J’ai gloussé en passant plutôt derrière lui, j’ai enroulé mes bras autour de lui et j’ai massé sa poitrine et son ventre. Il a regardé les trois sur la table pendant que mes mains dérivent plus bas avec curiosité. J’ai bientôt atteint la taille de son dockers, la ceinture, les passants de la ceinture. Je les ai abaissés davantage. Je me suis frottée contre sa dureté, dressée dans son pantalon, suppliant qu’on la libère. J’ai passé mon index sur la longueur épaisse de son pénis et j’ai été étonné de voir à quel point il était dur… comme de l’acier. Tim a gémi bruyamment à ce simple contact. La curiosité envahissait mon esprit. Je voulais en savoir plus.

J’ai saisi sa dureté dans mes mains et j’ai été ravie de voir à quel point il était épais. Ses hanches se sont mises à tourner très lentement à mon contact et un autre gémissement fort s’est échappé de ses lèvres. J’ai tracé l’épaisseur en remontant vers sa ceinture. “Oh mon” ai-je pensé lorsque ma main a senti la bite jusqu’au bout. Mes petits doigts ont atteint la ceinture et je l’ai lentement défait. Puis j’ai défait le bouton du pantalon. Mes doigts se sont déplacés sur le haut de son pantalon et ont senti le bout de sa tête de bite qui essayait de s’échapper. J’ai lentement atteint la fermeture éclair et défait son pantalon, dent par dent, en le baissant de façon très aguichante. J’ai toujours aimé être une allumeuse. Je pense que cela rend un homme fou d’avoir une fille sexy qui le taquine de cette façon. Aussi angoissant que cela puisse paraître, les gars adorent ça ! Dès que la fermeture éclair a été abaissée, son énorme queue est tombée, sautant presque dehors. Hmmm, ai-je pensé, pas de sous-vêtements pour gêner. C’est tellement sexy. Tim a soupiré de soulagement devant la liberté que sa chair venait de ressentir et sûrement devant l’air frais qui entourait sa peau chaude. Mes mains n’ont pas perdu de temps pour saisir la situation durcie. J’ai tendrement enroulé mes doigts autour de sa tige, ou du moins j’ai essayé. Mes doigts n’ont même pas pu faire le tour de toute l’épaisseur de sa queue. Je n’avais jamais senti une bite aussi grosse. Je ne les avais même jamais connues aussi grosses. Il a gémi à nouveau alors que ma main le tenait, mon autre main s’est jointe à elle et mes deux mains ont tenu sa tige fermement. J’en ai relâché une et j’ai tendu la main vers ses couilles. Encore une fois, j’ai été stupéfait en saisissant les plus grosses couilles que j’avais jamais senties. Elles pendaient lourdement entre ses cuisses, comme deux tangarines poilues. Je les ai massées doucement, une par une. Ma petite main n’arrivait même pas à les tenir toutes les deux à la fois. Encore une fois, je n’avais aucune idée que les gars pouvaient être aussi gros. J’ai pensé à quel point cela devait être inconfortable de porter quelque chose comme ça dans son pantalon toute la journée. Soudain, je me suis sentie désolée pour les hommes en général. Nous, les femmes, ne nous arrêtons jamais pour penser à ce que tu dois ressentir avec un énorme appendice gonflé serré contre les attaches de tissu.

J’ai lentement déplacé ma main le long de la tige et j’ai adoré la sensation d’ondulation que je ressentais sur ma paume et mes doigts. Il était si dur, si ondulé et pourtant si lisse au toucher. J’ai senti les veines sous mes mains, épaisses et grosses. Elles faisaient onduler encore plus la chair gonflée. Je ne pouvais m’empêcher de me demander combien de chattes avaient réellement senti ce monstre les déchirer ? Combien d’orgasmes et de cris avait-il provoqués ? Je me suis demandé comment il pouvait même tenir ? Mon esprit a vacillé avec tant de pensées effrayantes et pourtant délicieuses. Alors que les pensées s’approfondissaient, j’ai naturellement, sans même y penser, commencé à branler Tim avec un tel enthousiasme. J’ai caressé son énorme chair d’avant en arrière, de plus en plus vite, en appréciant de plus en plus la sensation, la sensation de la peau qui glisse d’avant en arrière sur la queue ondulée. J’ai réfléchi à la façon dont les parois de ma chatte étaient douloureuses pour sentir ce que ma main sentait maintenant, une bite bien plus grosse que mon poignet entier. Et comment mon cul allait se faire pilonner par d’énormes boules lourdes qui pendaient, sur les poussées que seul un homme peut donner. Soudain, j’ai senti Tim se crisper, sa bite est devenue encore plus épaisse, je me suis arrêté pour l’entendre crier “NOooooo, ne t’arrête pas, s’il te plaît ne t’arrête pas”. J’ai continué à le pilonner aussi bien que je le pouvais avec une seule petite main.

Je l’ai senti trembler et gémir bruyamment “yesssss, oh goddddd yessss” Puis c’est arrivé. Avec une énorme palpitation, je me suis penchée pour regarder, mes yeux se sont agrandis à la vue de sa grande et belle queue, alors qu’il explosait sous l’action de ma main. Son sperme chaud et blanc a jailli avec tant de force de l’extrémité qu’il a été projeté à environ 1,5 m en avant et a éclaboussé l’herbe en dessous. Il a recommencé à palpiter et encore et encore. Un jet après l’autre de matière visqueuse s’est déversé sur le sol. Il a joui plus fort que ce que j’avais jamais entendu dire ou vu faire à quelqu’un. J’ai senti la dureté d’acier de sa chair commencer lentement à s’adoucir dans ma main qui bougeait encore lentement. Sa chair palpitait sous l’effet des séquelles d’un énorme orgasme. Elle se contractait de façon incontrôlable. Bientôt, il était mou, mais il était encore la plus grande bite que j’avais jamais tenue dans ma main. J’ai rassemblé mes pensées juste à temps pour voir Mark et Léon jouir tous les deux sur Jeanine. Léon a retiré sa bite de sa bouche et en quelques coups rapides, son sperme a éclaboussé son joli visage. Au même moment, Mark s’est retiré de son cul maintenant torturé et a fait gicler sa sauce masculine sur les globes de son petit cul. Je pouvais voir le sperme attraper la lumière de la lune, alors qu’il recouvrait sa peau. Tim m’a embrassé profondément et m’a dit merci pour ce que je lui ai fait ressentir. Il avait rangé son bien précieux, à ma grande déception. J’aurais pu le fixer avec curiosité pendant des heures. Après une petite conversation, je lui ai dit de m’appeler au sujet de la fête et j’ai ramené mes fesses excitées à la maison. La promenade autour du lac était une promenade que je n’avais jamais faite. Les jolies étoiles, la lune, la tranquillité, tout cela avait disparu de mon esprit. Je n’ai vu que de la chair, des bites énormes, des corps enchevêtrés, des cris et des gémissements de plaisir, et des orgasmes puissants. J’ai salué mes parents à la maison avec un sourire qui leur a fait demander si tout allait bien. Ils se sont demandés ce qui avait pris tant de temps, j’ai simplement souri et leur ai dit que j’étais tombée sur des amis. J’avais l’impression que le sourire sur mon visage était coincé là.

Après le dîner ce soir-là, je suis allée dans ma chambre et j’ai pris un bon bain moussant chaud. J’adore prendre des bains et j’essaie de le faire au moins une fois par jour. J’ai allumé quelques bougies parfumées et éteint les lumières de la salle de bain. La lueur et l’odeur étaient absolument époustouflantes. Je suis allée dans ma chambre et me suis lentement déshabillée, en pensant aux événements des deux dernières heures. J’ai juste gloussé et souri. J’ai monté les marches jusqu’à mon bain et suis entrée dans l’eau chaude. Je me suis allongée lentement dans les bulles et j’ai été rapidement enveloppée par l’eau très chaude, cela m’a coupé le souffle momentanément. Les bulles ont légèrement chatouillé ma peau et la différence entre l’eau chaude et l’air frais a fait que mes tétons ont immédiatement durci. Je me suis finalement allongée et j’ai poussé un profond soupir. C’était si bon.

J’ai fermé les yeux et toutes les images de sexe me sont bientôt passées par la tête. J’ai vu Jeanine sucer une bite puis une autre, la grosse bite noire de Leons et la grosse bite de Marks qui la rendaient frénétique, et Tim…mmmm Tim. Ma main est allée vers la douleur lancinante entre mes jambes, ma chatte était affamée d’attention. J’ai frotté doucement mon clito et instantanément, mon corps s’est rigidifié. J’ai lentement fait pénétrer mon majeur entre mes lèvres gonflées. J’étais si chaude et humide à l’intérieur. Mon doigt a glissé dans le trou serré. J’étais heureuse de voir à quel point j’étais serrée, tellement serrée. Mon esprit est retourné à Tim. Je me suis demandé comment sa bite pourrait entrer dans mon étroitesse. Comment se sentirait-il s’il rentrait ? J’ai frotté l’intérieur des parois sensibles de ma chatte et j’ai pensé à la sensation incroyable que cela procurerait d’avoir sa tige massivement ondulée qui me frotte là. Un gémissement s’est légèrement échappé de mes lèvres, j’ai plongé le doigt plus profondément. J’ai légèrement arqué mon dos.

Soudain, j’ai entendu une voix, comme si elle était à des kilomètres. “Brandi, Brandi chérie” J’ai ouvert les yeux et j’ai vu ma mère debout à côté de la baignoire. Ma première réaction a été de mourir d’humiliation à l’idée d’avoir été surprise en train de me masturber fiévreusement par ma maman. Elle m’a regardé en souriant et a simplement dit doucement : “De belles pensées ?”. J’ai senti mon visage devenir très chaud ! Si ce n’était pas la lumière de la bougie qui le cachait, j’étais probablement de l’ombre d’une grosse pomme rouge. J’ai simplement hoché la tête et lui ai souri en retour. Elle a dit qu’elle venait juste vérifier que j’allais bien, et comme je n’avais pas répondu, elle est entrée dans ma chambre. Ma mère est très jeune, elle m’a eu jeune, alors nous sommes très proches grâce à Dieu. Elle est plus comme une sœur pour moi que ne le serait une maman. Nous sortons toujours et nous nous amusons ensemble, nous faisons la fête, nous faisons du shopping, etc. Je ne lui cache rien du tout. Elle est absolument magnifique, à tel point que des amis à moi ont fait des commentaires. En tout cas, ma vie sexuelle ne lui est pas du tout fermée, je lui dis tout. Nous avons de nombreuses discussions de filles, et elle sait tout ce que j’ai rencontré.

Je lui ai demandé si elle voulait me laver le dos, et elle a dit oui. J’ai commencé à lui poser des questions sur les garçons, en fait sur l’anatomie des garçons. Je suis fille unique et même si je suis intelligente, j’ai été assez protégée sexuellement. Je lui ai finalement parlé de ma rencontre avec Tim et lui ai dit à quel point il était bien doté. Je ne m’attendais tout simplement pas à ce qu’il soit aussi gros. Elle a gloussé et a dit “oh mon dieu”. Je m’inquiétais juste de savoir si le moment devait arriver où je serais avec quelqu’un comme ça, comment ça marcherait, si ça ferait mal et, j’avais un million de questions. Les amants que j’ai eus, deux en tout, étaient plutôt moyens, si l’affirmation de six pouces est vraie, ils étaient moyens, peut-être ! Environ 15 cm au maximum. Je ne m’attendais pas à avoir dans ma main un pénis que je ne pourrais pas entourer de mes doigts.

Quoi qu’il en soit, elle a mis au clair toutes mes inquiétudes et mes questions et je me suis sentie tellement mieux. Je dois dire que mes rêves cette nuit-là étaient très agréables, j’ai dormi toute la nuit avec un énorme sourire sur le visage, j’en suis sûr. Les semaines avaient passé et la nuit était venue pour la fête la plus attendue de l’année. J’avais entendu des gens parler de cette fête et me dire que j’allais avoir une agréable surprise. Tout le monde avait le droit de se déguiser en ce qu’il voulait, la seule stipulation était que tu devais porter un masque assez grand pour que personne ne sache qui tu étais. Juste pour ajouter à l’excitation, je suppose.

Lisa et moi avons choisi des costumes incroyables. Nous étions toutes les deux des Sorcières Néon. Mon costume était composé d’un chapeau de sorcière noir avec des rayures rose fluo, d’une perruque de cheveux rose fluo brillante jusqu’à la taille, d’une cape noire, d’une petite mini-jupe noire et d’un haut sexy moulant, de bas à cuisses rayés rose fluo et noir assortis au chapeau. Il était accessoirisé d’une ceinture chauve-souris et d’une épingle chauve-souris sur le haut, puis nous portions des masques noirs en forme d’ailes de chauve-souris. Nous étions absolument les sorcières au look le plus sauvage, le plus sexy qui soit ! Lisa portait le même costume mais en vert fluo au lieu du rose. Nous sommes entrées dans la fête vers 20 h, les costumes étaient incroyables, il n’y avait aucun moyen de savoir qui était qui. Nous sommes venus seuls pour ne pas connaître non plus nos prétendues dates. C’était bizarre de regarder tout le monde comme des étrangers. Nous nous sommes tenus la main et sommes allés chercher des boissons. Nous nous sommes assises pendant un moment et avons simplement regardé toutes les personnes qui arrivaient et les différentes tenues. Tant de gars, dont la voix n’était pas familière, sont venus nous draguer et flirter. La fête était bondée environ une heure après notre arrivée, la musique était rock. Nous avons dansé, bu et dansé encore.

Après une heure environ, les lumières ont été tamisées, une cloche a retenti et une annonce sinistre a été faite : la Mascarade commençait maintenant. La surprise que nous avions tous attendue. J’étais curieuse de savoir ce qui se passait. Je me suis assise sur un canapé et j’ai regardé avec Lisa à mes côtés. Des créatures, des goules et des monstres se sont accouplés les uns aux autres, certains en triple et plus. Les mains ont commencé à tripoter les corps des inconnus ; les langues se sont entremêlées avec d’autres. Lisa et moi regardions, surpris et choqués, ce qui se passait dans la pièce. Soudain, un personnage de sorcier s’est approché et nous a tripotées toutes les deux, assez énergiquement, en serrant nos seins. En harmonie, nous avons crié “hey” et il a simplement ri et est passé à autre chose. Autour de la pièce, des corps devenaient maintenant plus intimes avec d’autres, des costumes avaient été remontés ou baissés. Lisa et moi regardions et souriions, de plus en plus excitées à chaque minute en voyant les bites qui pendaient à l’air libre, de toutes les formes, tailles et couleurs, certaines molles, d’autres déjà très dures. Nous avons vu des seins révélés et tripotés, léchés et sucés, mais toujours aucun visage n’a été révélé. Les lumières ont diminué encore plus. Bientôt, des gémissements se sont fait entendre dans toute la pièce. J’ai sauté après avoir failli être attaquée par un guerrier romain et en tenant la main de Lisa, nous nous sommes dirigées vers la cuisine. La cuisine était calme. Nous avons ri et parlé de ce qui se passait.

Je respirais fort et je me sentais mouillée par tous les sons et les images sexuels. Un type en costume de toge s’est approché et a chuchoté à l’oreille de Lisa, qui s’est retournée et a commencé à l’embrasser. Je suppose qu’il s’est révélé à elle et qu’elle le connaissait. J’ai soudain été prise dans les bras d’un gorille que je ne connaissais pas et on m’a tirée de la cuisine vers la salle à manger. On m’a soulevée et couchée sur la table de la salle à manger avant même que je puisse penser à dire quoi que ce soit. J’avais des mains de gorille partout sur mon corps comme un maniaque en manque de sexe. Il a poussé ma cape sur les côtés et a révélé mon corps couvert de courbes à tous les yeux qui voulaient voir. Je l’ai supplié d’arrêter, en vain. Qui qu’il soit, il était fort, ses mains étaient fermes et pas du tout douces. Je n’ai pas aimé cela et j’ai commencé à me débattre davantage. Ma tête avait une drôle de sensation à cause de ce que j’avais bu. En général, je ne bois pas si souvent, alors quand je le fais, il n’en faut pas beaucoup pour que je me sente pompette. J’ai levé les yeux dans ma lutte incessante avec le grand singe et j’ai vu le Guerrier Romain entrer dans la salle à manger, suivi de quelques autres personnages. Je me suis sentie soulagée que d’autres personnes soient dans la pièce avec nous. Il n’a cependant fallu que quelques minutes pour comprendre qu’ils n’allaient pas m’aider dans un quelconque plan d’évasion. Mes mains étaient tirées et maintenues fermement au-dessus de ma tête par quelqu’un, tout comme mes jambes, je ne pouvais pas bouger, à l’exception de mon entrejambe qui se tortillait. Mon corps était exposé sur toute la table de la salle à manger.

J’ai demandé qu’on me lâche immédiatement, mes demandes se sont transformées en supplications. Toutes ignorées par des rires. Soudain, j’ai paniqué lorsque j’ai senti les mains de quelqu’un remonter ma minijupe et saisir les petites bretelles de ma culotte et, d’un seul mouvement rapide, les tirer vers le bas. “Nooooo” ai-je crié, mais mon cri a été étouffé par la musique forte, les gémissements de plaisir, les rires et les bruits typiques de la fête. Ensuite, on a enlevé mes chaussures et défait ma cape. Puis quelqu’un a remonté mon haut moulant. J’ai senti mes seins nus rebondir librement. De l’air frais les entourait et j’ai senti mes tétons se hérisser. J’ai entendu des soupirs d’appréciation alors que des yeux affamés étaient témoins de mes beaux seins bronzés. Je me sentais tellement impuissante sur la table, tenue par mes inconnus d’Halloween, je me débattais encore mais j’ai réalisé que je n’allais nulle part. J’ai regardé sur le côté et par la porte ouverte, je pouvais voir dans le salon. Je pouvais voir du sexe partout. Des mecs aux culs nus se balançaient de haut en bas en enfonçant des bites dans leurs étranges amants. Des filles étaient à genoux et suçaient des érections dont elles ne connaissaient même pas les propriétaires. Des inconnus masqués étaient entre des cuisses écartées faisant hurler de plaisir des femmes inconnues. C’était la scène d’une orgie massive de participants inconnus. J’ai senti que mon haut était totalement retiré, puis ma jupe a été tirée le long de mes jambes tenues. Ils m’ont relâchée assez longtemps pour retirer totalement mes vêtements, puis on m’a retenue contre la table. J’ai levé la tête et regardé la longueur de mon corps nu et bronzé. Mes seins se sont soulevés et abaissés avec mes respirations profondes, et mes mamelons, durs, se sont dressés vers le plafond. J’ai regardé mon ventre ferme et légèrement ondulé jusqu’à mon monticule pubien, puis le long de chaque jambe sculptée.

Des mains tenaient chaque jambe juste en dessous du mollet, l’une tenue par un Clown et l’autre par un Chef indien. Leurs deux visages masqués fixaient ma féminité étalée. Le Gorille a fait des gestes de la main et les deux hommes ont immédiatement écarté mes jambes. Le Gorille a parlé pour la première fois, mais sa voix étouffée était profonde et méconnaissable. “Ne lui faites pas de mal du tout les gars” a-t-il dit. “Elle est précieuse et je ne veux pas qu’elle ait mal, c’est juste pour s’amuser”. C’était un soulagement à entendre, ai-je pensé. Jusque-là, j’étais très inquiète. J’ai sursauté lorsque ses mains de gorille en caoutchouc ont tracé leur chemin le long de mes jambes ouvertes, sur mon ventre ferme et jusqu’à mes seins. Il a doucement entouré mes tétons et les a poussés doucement vers l’intérieur. Il était beaucoup plus doux maintenant. Ses mains sont redescendues jusqu’à ma quim, maintenant dégoulinante. Mon corps a frissonné et je me suis légèrement tortillée lorsque le majeur a frotté le long de ma fente humide. J’ai légèrement soulevé mon cul de la table lorsque j’ai senti le gros doigt commencer à m’ouvrir et à me pénétrer tout doucement. Il s’est arrêté après avoir à peine commencé à me pénétrer. Au lieu de cela, il m’a frotté davantage. Trouvant mon clito excité, il l’a massé avec un doigt. Un gémissement s’est échappé de mes lèvres. J’ai soudain réalisé à quel point j’étais vulnérable. Je n’avais jamais été nue devant autant de personnes à la fois. Jamais autant d’yeux n’avaient regardé mon corps nu. Cela a provoqué en soi de l’excitation et de l’appréhension tout à la fois.

Après avoir senti ma mouillure augmenter, j’ai de nouveau senti qu’on commençait à insérer un doigt en moi. Ma chatte s’est ouverte alors que le caoutchouc épais pénétrait de plus en plus profondément. J’ai gémi lorsque quatre ou cinq pouces du doigt du gorille se sont insérés profondément dans mon vagin. J’ai entendu les autres gémir, chuchoter et soupirer. Le doigt a bientôt commencé un lent mouvement de baise en dedans et en dehors, mes gémissements s’échappaient à chaque poussée vers l’intérieur. J’ai poussé mon bassin vers le haut pour répondre à la poussée et enfoncer le doigt plus profondément. “Ohhhh c’est si bon” ai-je dit à voix haute. Ma tête roulait d’un côté à l’autre pendant que je me faisais baiser au doigt par le grand singe. Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander qui il était à l’intérieur de ce costume. Quelqu’un est entré et a enlevé mon chapeau de sorcière, et a placé un coussin sous ma tête. Mon masque était toujours bien en place. Soudain, le gros doigt s’est retiré et un vide soudain m’a traversé. J’ai vu le Gorille faire le tour de la table et se tenir au bord entre mes jambes écartées. J’ai été tirée vers le bas jusqu’à ce que mon cul soit juste sur le bord de la table, mes jambes étaient toujours tenues vers l’extérieur et écartées. Mes bras étaient maintenant tendus vers le côté de la table. J’étais toujours sans défense. J’ai regardé le Gorille faire signe à quelqu’un et Cléopâtre, entre tous, est venue à ses côtés. Il a chuchoté à l’oreille de Cléopâtre et j’ai regardé comment elle s’est agenouillée devant ma chatte et a commencé à me lécher. “Oh mon Dieu”, ai-je crié, alors que sa langue caressait les lèvres de ma chatte et trouvait ensuite mon clitoris. Elle s’est penchée plus près et a aspiré mon clito entre ses lèvres et l’a doucement grignoté avec ses dents avant de faire entrer et sortir sa langue de moi rapidement. Encore et encore, elle a léché ma chatte et m’a baisée avec sa langue. J’ai senti un mélange de mes jus et de sa salive dégouliner le long de mes joues et dans la fente de mes fesses tremblantes. Je l’ai regardée pendant qu’elle me suçait, léchait et baisait avec ses lèvres et sa langue talentueuses. J’ai essayé de comprendre qui elle était.

Le Gorille a tenu sa tête par derrière et a enfoncé son visage dans ma chatte maintenant dégoulinante. J’ai commencé à gémir plus fort en sentant mon premier orgasme commencer à se développer en moi. Le Gorille l’a remarqué et a demandé à Cléopâtre d’arrêter ce qu’elle faisait. J’ai crié “Nooooooo, s’il te plaît ne t’arrête pas, oh s’il te plaît ne t’arrête pas”, mais c’était trop tard. Elle s’est levée en souriant. Mon jus d’amour dégoulinait sur son menton, elle a léché ses lèvres pulpeuses en se tournant et en s’éloignant. Le gorille s’est approché. J’ai senti qu’il tâtonnait et j’ai levé les yeux. Il avait sorti sa queue dure de son costume. Une belle bite ferme dépassait du sapin noir du costume. J’ai sifflé “yessssss, ohhhh yesssss baise-moi s’il te plaîteeee, baise-moi très fort”. Il s’est approché et j’ai senti la tête spongieuse de sa bite lorsqu’il l’a frottée de haut en bas de ma fente humide puis l’a poussée entre mes lèvres gonflées. Je me suis ouverte pour lui et sa longueur a glissé jusqu’au bout en une seule poussée énergique. Dieu merci, sa bite n’était pas si grosse, sinon ça m’aurait fait très mal. Même si j’étais trempée. J’ai senti la tête de sa virilité au plus profond de moi. Il a commencé un mouvement de baise rapide et impitoyable. Martelant dans et hors de ma chatte sans relâche. Je sentais ses couilles claquer contre mon cul à chaque poussée tandis que ses énormes mains de gorille tiraient sur mes cuisses pour frapper encore plus fort. Ma chatte palpitait à l’intérieur à cause de l’orgasme qui se développait, mais avant que je ne sois sur le point de me libérer, il s’est retiré de moi et Cléopâtre a eu le plaisir qui aurait dû être le mien. Rapidement, ma chatte est restée vide et j’ai regardé comment elle s’est agenouillée devant le gorille et a pris sa queue en explosion dans sa bouche. Des bruits d’aspiration et de succion ont rempli la pièce alors qu’elle buvait son sperme chaud. J’étais toujours cloué à la table, mais mon vide ne durerait pas longtemps.

Le guerrier romain avait été remplacé en tenant mon bras et avait pris la place laissée vacante par le gorille. En un rien de temps, sa belle queue bien grasse m’a soudainement remplie. J’ai senti ma chatte s’étirer beaucoup plus autour de cette nouvelle queue et il n’a pas perdu de temps pour s’enfoncer complètement. Il a poussé en moi très rapidement puis a ralenti son rythme. Ses yeux étaient rivés sur sa bite qui entrait dans mon trou chaud et humide. Il marmonnait que j’avais l’air bien, bourrée de sa bite, et que mes lèvres se déplaçaient vers l’extérieur à chaque retrait de sa bite, puis qu’elles poussaient vers l’intérieur à chaque poussée. Il s’enfonçait le plus profondément possible, puis se retirait complètement, sauf pour le tout dernier bout. Lorsqu’il était bien enfoncé, il manipulait ses muscles pour que son pénis palpite puissamment. Je gémissais bruyamment à chaque fois, ce qui le poussait à le faire encore plus, appréciant ce qu’il me faisait. Tout à coup, il s’est mis à pilonner en moi avec force et très vite. Si mes jambes n’avaient pas été maintenues fermement, j’aurais sûrement été baisée jusqu’à l’autre bout de la table. Ma chatte, aussi bonne qu’elle se sentait, commençait en fait à devenir douloureuse, juste un peu. La bite du guerrier romain était épaisse et frottait rudement les côtés de ma fente. Soudain, il a gémi qu’il arrivait et je l’ai senti gonfler, puis à nouveau, je suis restée vide et il a explosé sur le joli visage masqué de Cléopâtre. J’ai crié ma désapprobation, non seulement je ne ressentais pas l’orgasme incroyable du gars, mais j’en avais un à moi qui bouillait à l’intérieur et qui se développait ! Je me suis tortillée sur la table de la salle à manger en essayant de me libérer mais sans pouvoir le faire. D’autres personnes étaient entrées dans la pièce. J’avais l’impression d’être exposée maintenant.

Quelqu’un a plaisanté en disant que j’étais le plat principal et qu’il fallait creuser. Et c’est ce qu’ils ont fait. Trois inconnus masqués étaient alignés entre mes jambes écartées et ma chatte ouverte. Tous avaient sorti leurs bites et les branlaient jusqu’à ce qu’elles palpitent, grosses et dures. J’ai hoché la tête et répété les mots “non”. Mes supplications semblaient tomber dans l’oreille d’un sourd. Soudain, deux bouches suçaient mes tétons et des mains étaient partout sur mon corps nu. J’étais gâtée sexuellement. Lorsque la troisième bite de cette nuit est entrée dans mon étroitesse, j’ai crié. Celle-ci, beaucoup plus fine, m’a fait du bien même si elle ne faisait probablement que 15 cm de long. La bite m’a baisée fort et rapidement comme les deux précédentes, son propriétaire ne se souciant pas vraiment de ce que je ressentais ou de ce dont j’avais besoin. Une fois encore, lorsque sa bite a giclé, Cléopâtre l’a reçue dans sa bouche en suçant à sec sa petite bite pendant qu’il venait. Cela s’est également produit avec les deux bites suivantes qui m’ont poussée encore plus près d’un orgasme énorme qui était maintenant prêt à jaillir de moi. Mon corps avait envie de se libérer, ma chatte brûlait d’excitation et de douleur à cause de la grosse baise que j’avais reçue jusqu’à présent. Je n’avais jamais été baisée de la sorte. Des hardons continus m’ont pénétrée profondément et furieusement, entrant et sortant de mon étroitesse torturée. J’étais à nouveau allongée sur la table, me sentant frustrée et vide, lorsque Zorro s’est approché du bord et m’a fait signe de me déplacer sur le côté. J’ai été déplacée en conséquence. Je regardais alors un énorme pénis palpitant, énorme et à l’air furieux. Zorro a frotté le bout gras sur mes lèvres, en poussant en même temps, jusqu’à ce que mes lèvres se séparent. Il a poussé juste une partie de sa chair gonflée dans ma bouche humide. J’ai dû étirer mes mâchoires ouvertes si largement que c’était en fait inconfortable. Cependant, j’ai fait tournoyer ma langue autour de la tête épaisse. J’adore descendre sur mes amants et j’aime sentir une érection dans ma bouche. J’ai fait du mieux que j’ai pu sur une bite aussi énorme. Soudain, j’ai pensé à Tim. J’ai essayé de le voir. Cette bite devait être la sienne. C’était la seule que j’avais jamais vue avec une telle circonférence. J’ai sucé et aspiré en essayant d’en mettre plus dans ma bouche. J’ai goûté le précum salé.

Il a attrapé ma tête et a maintenu ma bouche sur lui quand soudain ma chatte s’est retrouvée pleine d’une autre bite. Le gars avait une queue de belle taille et j’ai senti le bout près de mon utérus quand il l’a enfoncé dans ma chatte écartée. J’ai essayé de voir qui me baisait mais ma tête était trop serrée pour bouger. Maintenant, les deux gars me baisaient vigoureusement. La bite dans ma bouche entrait et sortait d’environ cinq pouces seulement, elle était trop grosse pour en prendre plus. La chair dans mon minou glissait constamment à l’intérieur avec de longs coups réguliers. Je gémissais et criais fort, mais étouffé par ma bouche pleine, au plaisir qu’on me forçait à ressentir. Soudain, Zorro a retiré sa bite de ma bouche tendue et douloureuse, j’ai léché mes lèvres et goûté sa douceur. La bite à l’intérieur de moi a également été retirée avant que je ne la sente exploser, comme d’habitude probablement engloutie par Cléopâtre. Zorro m’a prise dans ses bras et m’a portée hors de la salle à manger. J’ai essayé de voir des traits de visage que je pouvais reconnaître mais son masque en couvrait beaucoup trop. Il est arrivé à une porte qu’il a ouverte d’un coup de pied rapide et m’a emmené à l’intérieur.

L’odeur de la pièce a immédiatement attiré mon attention, elle sentait très bon. Des bougies éclairaient la pièce sombre. On m’a installée sur un énorme lit à baldaquin, sur le dos. Mon corps était usé et endolori par toutes les bites qui m’ont profondément assaillie. Pourtant, il y avait en moi un immense orgasme tout juste prêt à sortir. Je me sentais tellement frustrée à ce stade. Zorro m’a embrassée passionnément et a caressé mes seins doucement. Il est ensuite allé à la porte et l’a fermée à clé. Il est revenu sur le lit. Il a fait courir le bout de ses doigts sur ma peau très doucement, sur mon sein et le mamelon dur, sur mon ventre et le long de ma jambe. Il a ensuite chuchoté qu’il allait me baiser comme je ne l’avais jamais été auparavant et m’a demandé si cela lui convenait. J’ai gloussé mon approbation. Ma tête tournait encore un peu à cause des boissons. Sur ce, il s’est tenu au bord du lit et a défait sa cape noire, puis sa chemise, et enfin son pantalon noir et ses bottes. Il se tenait devant moi, nu dans la pièce éclairée par des bougies. Ses muscles ondulaient parfaitement le long de sa poitrine et de son ventre serré de planche à laver. Mes yeux ont alors vu sa virilité, dressée et solide, pointant vers le plafond. Je n’ai pas parlé mais je me suis demandé si ma main avait tenté de s’enrouler autour de cette tige épaisse ? La tête était énorme et gonflée, les veines striaient la longueur de la tige super épaisse.

Une légère touffe de poils se trouvait à la base, d’où la chair ressortait. Les couilles pendaient lourdement et semblaient si pleines. Zorro a attrapé son manche d’une main forte et a commencé à pomper la peau d’avant en arrière plusieurs fois, puis m’a nargué avec des mots dégoûtants. “Tu veux ma queue, n’est-ce pas ? Tu veux enfin que ta chatte soit bien remplie” “Je parie que tu meurs d’envie de boire chaque goutte de mon sperme, n’est-ce pas ?”. Il a continué ainsi pendant qu’il caressait sa queue monstrueuse. J’ai vu une perle de précum suinter de l’extrémité. Il l’a frottée autour de la douceur de la tête et elle a scintillé à la lumière des bougies. Ce numéro sexuel aguicheur me faisait baver et me trempait. J’étais tellement excitée que j’étais hors de moi. Mes mains se sont instinctivement dirigées vers ma chatte. J’étais en feu. Il m’a immédiatement aboyé d’arrêter ou il devrait me lier les mains. À contrecœur, j’ai retiré mes mains d’entre mes cuisses écartées. J’ai gémi mon mécontentement. Mes hanches avec un esprit propre tourbillonnaient comme si elles baisaient l’air. Mes mamelons étaient si durs qu’ils me faisaient mal. Le picotement que je ressentais maintenant à l’intérieur de moi était comme un réservoir pressurisé prêt à exploser. J’ai supplié pour avoir sa queue. Je l’ai supplié de me baiser. Il a continué pendant quelques instants à branler sa bite lui-même. J’ai regardé sa main puissante glisser de haut en bas sur la peau ondulée de la tige épaisse. Sa bite était incroyable. Il a de nouveau arrêté de la caresser assez longtemps pour prendre un doigt et étaler le précum sur le bout partout sur les glandes de la taille d’une prune. Il s’est ensuite remis à caresser les plus de 10 pouces de viande d’homme. Soudain, on a frappé à la porte, il a marché lentement, sa queue rebondissait de haut en bas pendant qu’il marchait. Son cul était magnifique de ce que je pouvais voir dans cette lumière, renforçant mon idée que c’était Tim. Il a ouvert la porte et a permis à Cléopâtre, de toutes les personnes, d’entrer. Je me suis levée et j’ai dit “Pas possible”. Ils ont tous les deux simplement ri et ont dit que cette fois-ci, le plaisir serait entièrement le mien. Et les récompenses qui suivront aussi.

Les deux se sont dirigées vers le lit. Cléopâtre a commencé à se déshabiller lentement, et avec les fils de soie de son costume, elle a pris mon poignet et l’a attaché au montant du lit, fermement mais doucement. Elle a répété cela jusqu’à ce qu’elle se tienne nue devant moi, et que je sois totalement attaché aux poignets et aux chevilles, sans défense. J’ai de nouveau regardé Cléopâtre, et j’ai vraiment cru reconnaître ce corps, elle avait des seins comme Lisa, un bronzage comme Lisa, des jambes comme Lisa… mais je me suis demandé si mon esprit ne me jouait pas des tours. “Lisa ?” J’ai rapidement demandé, sans réponse, elle a juste gloussé. J’ai alors pensé qu’il était impossible que ce soit elle, elle était une sorcière comme moi ! Elle s’est tournée vers Zorro et a attrapé sa queue gonflée. Elle m’a regardée et, tout en caressant son énorme tige, m’a demandé si j’avais déjà eu une bite aussi énorme fourrée dans ma petite chatte serrée. J’ai regardé sa petite main qui pouvait à peine contenir son épaisseur. J’ai répondu par un “non” sulfureux. Cléopâtre a ensuite conduit Zorro par sa queue sur le côté du lit. Tout en tenant toujours sa baguette de chair, elle s’est penchée et a doucement enfoncé un doigt dans mon étroitesse trempée. “Oh mon Dieu, ma fille, tu es peut-être mouillée, mais aussi serrée que tu sois, cette bite géante va te déchirer en deux. Peut-être que je devrais plutôt le prendre.” J’ai gémi ma désapprobation. J’ai crié lorsque Cléopâtre a reculé contre l’énorme dalle de bœuf, je l’ai regardée littéralement dépasser entre ses cuisses et sortir devant elle. On aurait dit qu’elle avait une bite. Lorsqu’elle a écarté les jambes, j’ai regardé la tige ondulée palpiter contre sa chatte. Elle a tendu la main vers le bas et a massé l’énorme tête. Zorro avait maintenant ses mains sur ses hanches. Leur petit jeu, pensais-je, me rendait absolument folle de luxure. Ma chatte suintait de jus.

Zorro a lentement commencé à se déhancher d’avant en arrière, je regardais son énorme queue glisser d’avant en arrière entre les cuisses de Cléopâtre. Elle a gémi lorsque la tige ondulée a glissé sur les lèvres de sa chatte. J’ai remarqué que sa chatte était lisse et rasée et qu’elle avait l’air délicieuse avec une bite monstrueuse qui se cognait contre elle. J’ai commencé à me tortiller sur le lit, voulant de l’attention. J’ai supplié qu’on me touche. “Oh, bientôt”, ils ont tous les deux parlé en harmonie. “Mais d’abord, nous allons te rendre folle”. Cela dit, j’ai regardé Zorro se baisser, attraper sa viande et, en soulevant légèrement Cléopâtre, placer la tête massive sur l’ouverture de la chatte de Cléopâtre. Avant d’avoir le temps de me plaindre, j’ai vu la tête pénétrer dans son étroitesse. Elle a crié fort alors que l’énorme pénis écartait ses lèvres au point de les déchirer. Puis Zorro s’est arrêté et s’est retiré. Ils ont tous les deux ri et se sont dirigés vers le lit. En grimpant sur le lit, j’ai sifflé qu’ils me taquinaient méchamment. Cela a provoqué plus de rires. Ils ont alors demandé “N’es-tu pas un pro de la taquinerie ?”. “Oh mon Dieu”, ai-je pensé, “ils me connaissent”. Zorro s’est rapidement mis à cheval sur ma poitrine. Je me suis retrouvée à fixer son énorme bourrelet de chair. Il a soulevé sa tige vers le haut et ses énormes boules pendantes qu’il a poussées vers moi. “Léche mes couilles, bébé” J’ai fait ce qu’il a dit, ma langue a lapé les testicules couverts de poils. “Elles étaient énormes”, me suis-je dit.

J’ai sucé doucement son sac et chaque boule, elles étaient si grosses qu’une seule n’aurait pas tenu dans ma bouche. Mais j’ai fait de mon mieux pour le satisfaire. Ses gémissements doux et ses commentaires me disaient que je faisais du bon travail. Je voulais que mes mains soient libres pour tenir cette queue monstrueuse. Juste à ce moment-là, j’ai senti les lèvres et la langue de Cléopâtre se jeter sur mon minou mouillé. J’ai crié de plaisir total. En sentant sa langue me pénétrer, j’ai su alors que c’était Lisa. J’avais senti sa langue en moi et je connaissais cette sensation partout. Sans plus réfléchir, Zorro a légèrement reculé et a dirigé sa bite vers ma bouche. “Suce ma bite, sorcière”. J’ai douloureusement étiré mes lèvres autour de la tête seulement. “Mon Dieu, ma bouche était pleine de bite”, ai-je pensé. Sa tête était lisse comme de la soie et j’ai volontiers fait tournoyer ma langue humide sur les glandes sensibles. J’ai goûté la chatte de Cléopâtre sur la tête de sa bite. Je me suis amusée à introduire ma langue dans le trou du cul. J’ai goûté le délicieux précum qui s’écoulait maintenant, et j’ai adoré ce goût. Je sentais sa queue se contracter et palpiter dans ma bouche. J’ai essayé d’en mettre de plus en plus dans ma bouche, mais elle était tout simplement trop grosse. Je n’avais jamais imaginé que j’aurais un problème à sucer un mec. C’est ma chose préférée à faire et je me considérais comme bonne à cela !

Étouffée par la bite, j’ai crié alors que Cléopâtre avait trouvé mon clitoris et le suçait sérieusement en le léchant avec des mouvements motivés par l’orgasme. Elle avait deux doigts enfouis en moi tandis que sa bouche me poussait toujours plus près de mon orgasme tant attendu. Si la bite ne remplissait pas totalement ma bouche, mes cris de plaisir auraient résonné dans toute la maison. Elle remuait ses doigts à l’intérieur de moi tout en suçant mon clito. Tout mon corps s’agitait sauvagement sous l’assaut sexuel que je recevais maintenant. Je me sentais si incroyable, attachée sans défense au lit, nue et étendue, la plus grosse bite que j’avais jamais vue enfoncée dans ma bouche, et les doigts, la langue et les lèvres qui travaillaient ma chatte jusqu’à la frénésie. Alors que je sentais à nouveau mon orgasme approcher, Zorro a brisé les gémissements étouffés avec sa voix, “est-elle prête ?”. “Aussi prête qu’elle peut l’être” a répondu Cléopâtre. Soudain, l’énorme queue a été retirée de mes lèvres suceuses. J’ai regardé la pointe scintillante s’éloigner de ma bouche affamée. Un long brin de précum s’est accroché à ma lèvre inférieure et est allé jusqu’au bout, puis s’est brisé. J’ai senti que Cléopâtre et Zorro changeaient de place. Bientôt, Cléopâtre était à califourchon sur ma poitrine où se trouvait Zorro. J’ai senti le lit bouger, mais je ne pouvais pas voir où était Zorro, puis je l’ai senti entre mes cuisses écartées. J’ai regardé à travers mon masque de chauve-souris une chatte lisse devant mon visage. Je pouvais sentir son sexe car il était si proche de mon visage. Puis, je l’ai senti. L’objet spongieux et émoussé, poussé contre ma chatte. J’ai réalisé que c’était Zorro et son énorme monstre de bite. J’ai senti ses mains écarter doucement mes lèvres et de nouveau, l’énorme pointe s’est approchée de mon tunnel d’amour maintenant dégoulinant.

J’ai respiré fort en réalisant que j’étais à une minute près d’être déchirée par la plus grosse bite que j’ai jamais connue. Je savais que, peu importe ce que je disais ou faisais, je serais pénétrée sans défense par la bite enragée, et j’allais être baisée comme jamais auparavant. Baisée comme la plupart des filles peuvent à peine en rêver. Je l’ai senti pousser à nouveau vers l’avant. Au moment où sa tête de prune m’a ouverte, j’ai hurlé de douleur, et Cléopâtre a poussé sa chatte chauve sur mon visage pour étouffer les cris d’agonie sexuelle. Zorro était sans pitié, semble-t-il. Il a poussé à nouveau et j’ai senti d’autres pouces de sa virilité me pénétrer. La douleur était atroce car je pensais à coup sûr que les lèvres de ma chatte allaient littéralement se déchirer. Je l’ai supplié d’arrêter. “S’il te plaît, arrête, elle est trop grosse” ai-je crié. “Ta queue me déchire… oh mon Dieu, sors-la… s’il te plaît.” Mes cris ont de nouveau été étouffés par la chatte de Cleopatras qui m’alimentait de force. Je sentais encore et encore la bite être forcée dans ma chatte torturée. Cela m’a rappelé la première fois, lorsque ma virginité a été prise et que la première bite a percé mon hymen. Cette douleur était bien pire. Je me suis demandée pourquoi je devais subir cela. Je voulais que cela se termine. Je voulais me réveiller et découvrir que tout cela n’était qu’un rêve qui a mal tourné ! J’ai supplié Zorro de retirer sa queue de moi, mais mes supplications sont tombées dans l’oreille d’un sourd. Il était perdu dans sa luxure et savourait l’étroitesse de ma chatte qui enveloppait et étreignait son poteau. Bientôt, il a arrêté de pousser. J’ai senti sa queue remonter complètement à l’intérieur de moi. Je pensais que la pointe poussait littéralement contre mon utérus. Je n’avais jamais imaginé être aussi remplie par un homme. Je me suis souvenue de ce que ma mère m’avait dit, qu’après que la douleur se soit calmée, elle sera remplacée par un plaisir absolu. J’ai prié pour que cela se produise avant que je ne perde connaissance à cause de la douleur.

Puis Zorro a commencé à retirer lentement l’épée de chair, j’ai eu l’impression qu’elle ne cessait d’avancer. Le vide qu’elle laissait derrière elle était si étrange. Puis, avec une vitesse et une puissance à couper le souffle, il s’est replongé dedans. J’ai à nouveau crié très fort. Mais cette fois, il ne s’est pas arrêté de bouger, il s’est retiré à nouveau et s’est replongé en moi. Il a continué ce mouvement encore et encore. Sans relâche, il a baisé ma chatte tendue. Soudain, une sensation a commencé au plus profond de mon corps et a commencé à se propager. C’était un sentiment de plaisir qui se mêlait à la douleur autrefois intense. Alors que la bite continuait à entrer et sortir de moi, le plaisir a pris le dessus sur une partie de plus en plus importante de la douleur. Après un moment où mon corps a été rempli par une bite douloureusement grosse, la douleur a disparu. Je ressentais toujours la sensation douloureuse que ma chatte allait se déchirer à tout moment, et la sensation inconfortable de la tête de la bite qui me pénétrait intérieurement, mais le plaisir que la bite provoquait prenait maintenant le dessus sur les sensations douloureuses. La douleur initiale sévère de la pénétration s’est atténuée. Un gémissement s’est même échappé de mes lèvres lorsque j’ai senti le poteau de chair glisser à nouveau dans mes profondeurs humides. Cléopâtre a sifflé, “goûte-moi bébé, fais-moi jouir sur tout ton joli visage”. Elle a ensuite déplacé son quim plus près. Ma langue s’est instinctivement mise au travail sur sa fente. C’était si bon, bien rasé. Ma langue l’a léchée partout, puis a séparé ses lèvres pleines et a poussé à l’intérieur. Elle a crié son approbation, “ooohhhh yesssss, ta langue est si chaude, baise-moi avec ta langue…”. J’ai enfoncé ma langue plus profondément puis j’ai remué le bout à l’intérieur d’elle. Les hanches de Cléopâtre ont tremblé sous ma langue. Ses jus d’amour s’écoulaient maintenant d’elle et descendaient sur mon menton. Je l’ai léchée intensément et j’ai bu ses fluides. Les gémissements et les cris de plaisir de Cléopâtre et ses propos orduriers poussaient Zorro à me baiser encore plus fort.

Sa queue entrait et sortait littéralement à un rythme incroyable. La mouillure de ma chatte trempait littéralement l’assaut de la chair et les bruits de sa bite qui entrait et sortait étaient maintenant très audibles. Mon corps entier se déplaçait d’avant en arrière avec les poussées énergiques qui étaient délivrées. Ma langue est cependant restée profondément plantée dans Cléopâtre. Je ne m’arrêtais que pour sucer fréquemment son petit bouton d’amour, puis je le replongeais profondément en elle ! Bientôt, elle a hurlé que son orgasme était là… “Je jouis”, a-t-elle crié, “oh mon Dieu, ne t’arrête pas, s’il te plaît, ne t’arrête pas, ooohhh yessss, yessssss oh ici il jouit… il est là… yesssss……” puis elle a fait une éruption. Son orgasme m’a inondé, les jus explosifs ont rempli ma bouche, j’ai avalé aussi vite que j’ai pu, mais bientôt tout mon visage était recouvert de son sperme. Son corps s’est violemment secoué alors que l’immense orgasme secouait tout son être. Alors qu’elle se reprenait, elle a tendu le bras et ses doigts ont appuyé sur mon clito. Elle a frotté rapidement sur mon clito pendant que Zorro continuait à me pomper avec sa queue. Des coups complets me travaillaient maintenant. Il a littéralement retiré presque entièrement sa bite, puis l’a fait glisser jusqu’à l’intérieur. À chaque poussée, je sentais mes entrailles bouger. Ses énormes couilles remplies de sperme se balançaient d’avant en arrière avec son action de pompage et claquaient contre mon cul. Alors que cela continuait encore et encore, et que Cléopâtre continuait à frotter mon clitoris, mon orgasme m’a parcourue à toute vitesse. J’ai mis tellement de temps à venir après que toutes les bites précédentes qui m’ont pompée aient été retirées avant que je puisse jouir, puis cette agression orale et cette baise d’une vie, que j’ai senti mes jambes commencer littéralement à s’engourdir. Puis j’ai perdu la tête, la puissance de l’orgasme m’a fait basculer. Je me suis temporairement évanouie à cause de l’intensité. Je n’avais aucun contrôle sur mon corps qui tremblait. J’ai tiré sur les liens des poignets et des chevilles alors que j’étais projeté dans un monde de plaisir incroyable. J’ai senti la bite en moi gonfler encore plus, puis c’est arrivé.

Alors que Zorro hurlait qu’il arrivait, avec une dernière poussée, son monstre de sperme a explosé. Son sperme a explosé si puissamment que j’ai senti la chaleur blanche qu’il dégageait au fond de moi. Encore et encore, Zorro a vidé son réservoir de sperme en moi. Avec les élancements de la bite et le jism qui explosait, cela m’a mis à bout. Ma chatte a laissé échapper le plus grand orgasme que mon jeune corps ait jamais connu. Je me suis trémoussée sur le lit alors que mon orgasme se mélangeait à celui de Zorro. Comme sa bite gonflée encore énorme agissait comme un bouchon dans ma chatte, l’orgasme puissant a littéralement pressé son sperme et mes jus entre sa bite et mes lèvres étirées, les pulvérisant sur sa tige épaisse et ses couilles. Le mélange s’est déversé et a coulé entre mes joues de cul. Alors que mon corps était pris de spasmes, Zorro a terminé en faisant glisser lentement sa queue ramollie dans et hors de moi quelques fois de plus, puis avec un bruit de succion, il a laissé ma chatte se sentir plus vide qu’elle ne l’avait jamais été. J’ai senti le jet de sperme se déverser de ma chatte bien baisée mais douloureuse et couler sur le lit. On m’a rapidement détachée. Mon corps ne pouvait pas du tout bouger. Les muscles ont encore des spasmes alors que je suis restée allongée sans bouger. Après quelques minutes, Zorro m’a soulevée et m’a ramenée dans la salle à manger. On m’a de nouveau placé sur le dos sur la table de la salle à manger. Je ne pouvais toujours pas bouger à cause de ma baise massive et de mon orgasme incroyable. Cléopâtre est entrée et a annoncé que, comme j’avais été privée des orgasmes précédents, elle ne pouvait que me rendre ce qui me revenait de droit. À ce moment-là, dix gars sont entrés dans la salle à manger et ont grimpé sur la table en m’entourant de tous les côtés. En s’agenouillant, ils ont tous retiré leurs bites et ont commencé à les branler rapidement.

J’ai regardé, hébétée, toutes ces bites de tailles différentes, noires et blanches, gonflées, être caressées par les mains de leurs propriétaires. J’ai levé les yeux sur celle qui se trouvait juste au-dessus de mon visage au moment où elle a commencé à jouir, elle a giclé sur mon visage et mon cou. Je l’ai goûté lorsqu’une goutte a atterri sur mes lèvres. J’ai regardé les neuf autres bites commencer à éructer également. Elles étaient toutes dirigées vers mon corps nu. J’avais du sperme qui me tombait dessus sous tous les angles. Touchant mes seins, ma chatte, mes jambes, mon visage. J’étais littéralement couverte de sperme masculin chaud. Les gars sont tous partis et ont bientôt été remplacés par un certain nombre de filles. Elles ont toutes commencé à lécher le sperme sur mon corps. Elles m’ont littéralement léché pour me nettoyer. Je ne pouvais même pas croire ce qui se passait. Je suis resté allongé sur la table, tremblant des suites d’une expérience sexuelle incroyable. Soudain, on a annoncé qu’il était temps d’enlever nos masques. Chacun a lentement dévoilé son identité. Des soupirs, des gémissements et des rires ont résonné dans la pièce, alors que les gens découvraient qui étaient leurs amants mystères. Mon Zorro et ma Cléopâtre ont cependant disparu, et je n’ai jamais découvert qui ils étaient, mais je continuerai à croire que deux de mes amis ont réalisé l’un de mes plus grands fantasmes!

Préférence de la coquine : fist vaginal
Endroit de préférence pour le sexe : sous la douche pour jeux de pisse
Je ne suis dispo que le week end car la semaine de travaille et cela me prend tout mon temps. Le week end, je me défoule et j’aime inviter quelques mecs pour m’amuser avec eux jusqu’au bout de la nuit.