Lucie et moi n’étions mariés que depuis six mois lorsque le voyage de chasse a été évoqué. Thibault, Paul et Henry étaient catégoriques. “Ce n’est pas parce que tu t’es marié, Dan, que tu dois abandonner tout ce que tu aimes. La chasse, la pêche, le camping, tu auras besoin de ces choses pour traverser les années à venir.”

“Je suis d’accord avec ça. En fait, j’adorerais y aller. C’est Lucie.”

“Oh, non ! Tu ne t’en sortiras pas en me blâmant, Dan. En fait, j’adore le plein air. J’adorerais t’accompagner.”

Thibault a toujours été un tel farceur. Il a dit : “La seule façon pour qu’une femme participe à notre voyage de chasse, c’est qu’elle fasse toute la cuisine, le ménage, s’occupe du feu de camp et accepte de respecter toutes les règles spéciales de l’équipe de chasse.”

Avant que je puisse dire un mot, Lucie a dit : “OK, tu as compris. Je serais ravi de m’occuper de vous.

Thibault a plongé pendant que je restais là, sous le choc. “Tu acceptes toutes les règles spéciales à l’avance ?

Lucie a dit “Je suis une femme de parole. Tu peux compter sur moi.”

Le mois suivant a glissé dans un tourbillon d’activités. Le week-end est arrivé pour le voyage, et nous avons chargé tout notre matériel dans la remorque de Paul, pratiquement une maison sur roues. Paul a conduit et je me suis assise à l’avant. Thibault et Henry ont taquiné Lucie sans ménagement pendant la première heure du voyage, puis se sont installés dans un badinage banal, ponctué toutes les quelques minutes par leurs rires. Nous avons fait le plein d’essence, fait une pause pipi, sorti quelques boissons fraîches de la glacière et tous respiré profondément l’air frais d’ici, si loin de la ville. Nous avons roulé profondément dans les montagnes, pendant plus d’une heure sur des routes non goudronnées. C’était l’heure du déjeuner. Nous avons installé le camp, tandis que Lucie nous préparait des sandwichs.

“C’est l’heure de la reconnaissance”. a dit Paul.

Nous nous sommes tous habillés. Lucie a même enfilé ses chaussures de randonnée, jusqu’à ce que tout le monde lui dise que nous attendions d’elle qu’elle s’occupe du camp, qu’elle garde le feu chaud et que le dîner soit prêt à notre retour plus tard. Elle était visiblement blessée, alors pour essayer de lui remonter le moral, Thibault s’est lancé dans son discours.

“Rappelle-toi Lucie. Tu dois obéir aux règles spéciales. La règle spéciale numéro 1 est que le cuisinier doit toujours être au camp. La règle spéciale n°2 est que la cuisinière doit toujours être nue dans le camp. La règle spéciale n°3 est que le cuisinier doit toujours avoir des aliments chauds prêts pour chaque repas. La règle spéciale numéro 4 est que le cuisinier doit satisfaire complètement chaque membre du groupe de chasseurs chaque soir avant d’aller se coucher. La règle spéciale numéro cinq est que le cuisinier ne peut raconter à personne d’autre les détails du voyage ou les règles, alors…”

“Assez, Thibault, assez ! Allons-y !” Paul lui a coupé la parole.

Nous avons trébuché sur les flancs de la montagne et sur les flancs de la montagne. Je ne pensais qu’au repas chaud et à la belle femme qui m’attendaient au camp. Lucie a des cheveux ondulés, foncés et bouclés qui lui arrivent aux épaules. Ses sourcils sombres et épais accentuent ses grands yeux. Elle a une silhouette plantureuse, avec des seins pendants qui font l’envie de toutes ses amies. Elle est grande par rapport à la plupart des femmes, et ne mesure que quelques centimètres de moins que le reste d’entre nous, les hommes.

Paul était l’homme de plein air évident, avec son allure européenne. Thibault était un radical et un clown naturel, avec ses cheveux rouge feu. Il ressemblait plus à un étudiant, râblé et mince, mais je l’ai vu porter un sac plus lourd que le mien toute la journée sans même ralentir. Henry avait les cheveux noirs et était trapu, bâti comme un forgeron de l’époque du vieil ouest. Mon corps tonique et athlétique, mes cheveux noirs ondulés et mon style décontracté correspondaient exactement à Lucie. Quand je suis rentré au camp, j’ai pris le temps de ranger les sacs à dos et les fusils de tout le monde, car ils venaient de les jeter, s’entassant dans la remorque, attirés par la délicieuse odeur de nourriture chaude. “Dan, tu ferais mieux de venir ici !” a crié Paul.

Je suis entré dans la caravane, et ma mâchoire est tombée. Lucie était là, sortant des petits pains chauds du four, avec ses gants de cuisine, et à part ses boucles d’oreilles, c’était tout. Ses gros seins pendaient, alors qu’elle sortait soigneusement les petits pains. En me poussant sur le siège, elle a poussé Thibault à côté de moi. Il y avait des steaks chauds, des légumes frais mélangés, du jus de pomme et les petits pains. Elle avait manifestement mis beaucoup de travail dans ce repas.

“Assieds-toi ! Quelqu’un veut du lait ?” a dit Lucie, dont les seins pendaient au-dessus de la table. Elle a versé un verre pour chacun de nous, puis a mangé debout au comptoir. Chacun des hommes la regardait avec avidité. Nous avons mangé en silence, revenant aux hommes des cavernes blottis autour d’un feu. La seule chose que nous avions en commun à ce moment-là était notre amour de la nourriture et de cette belle femme.

Thibault a sorti une bouteille de whisky et nous avons chacun pris plusieurs verres. J’ai essayé d’aider Lucie à faire la vaisselle, mais elle m’a simplement balayé d’un revers de main en disant “J’ai demandé ça. Je peux m’en occuper !”

Thibault faisait des bruits à propos du dessert. “J’ai très faim”.

Lucie a répondu : “J’ai ce qu’il faut. J’ai une tarte chaude prête à être mangée par vous tous. Encore un instant, elle sera prête.”

Lucie est retournée au lit double qui remplissait l’autre extrémité de la caravane, s’est allongée et s’est étalée pour nous. Elle s’est ouverte avec ses doigts, en faisant des petits bruits de plaisir. Elle est venue en se touchant.

“Thibault, ta part de tarte est prête. Es-tu prêt à la manger ?”

“Tu parles !” Il était hors de la table et entre ses jambes avant que je ne sache ce qui s’est dit.

Lucie lui a laissé plusieurs minutes, puis a dit “Bon travail ! Maintenant Paul, il est temps que tu manges ta tarte !” Paul était très bon. Lucie a vraiment gémi avec lui, en cambrant son dos. Elle lui a donné quelques minutes de plus, que ce soit pour prolonger son plaisir ou pour perdre la notion du temps.

“Henri, ta part de tarte est chaude et prête. Viens et mange !”

Henry était tout aussi bon que Paul. Lucie a même crié une fois, pendant un orgasme intense où ses mains se sont transformées en poings et où elle les a écrasés sur le lit. Elle m’a fait signe de venir.

“Dan, chéri, ta tarte avec la sauce spéciale est prête !” Lucie a adoré leurs attentions. Sa chatte était gonflée par son plaisir, elle dégoulinait de son excitation. Je savais à ce moment-là que nous n’avions plus aucun espoir d’en finir ici. La blague de Thibault allait devenir notre réalité. J’ai penché la tête pour la lécher, tandis que ses mains jouaient avec mes cheveux.

J’ai léché la fente de Lucie de haut en bas, me réjouissant de la sentir. J’ai glissé mes doigts à l’intérieur d’elle. J’ai fait toutes les choses que je savais qui l’excitaient, jouant de son corps avec la sagesse de l’expérience. Elle a joui, encore et encore, tapant des poings sur le lit en criant. C’était un grand coup de pouce pour mon ego, juste là, devant mes amis.

Me tirant vers le haut pour l’embrasser, Lucie a dit “J’ai promis. S’il te plaît, comprends. Je ne peux pas revenir sur ma parole. Je t’aime.” Je n’ai pas eu le temps de tout lui dire car elle m’a simplement appelé “Dan, toi et Henry descendez la table et faites-en un lit. Thibault, viens par ici et dis-moi ce que tu veux pour être complètement satisfait.”

Nous avons démonté le lit, tandis que Lucie a baissé le pantalon de Thibault, le suçant bruyamment, l’aspirant dans sa gorge. Elle l’a déshabillé, puis l’a tiré dans le lit avec elle.

“Dan, ouvre le lit superposé au-dessus de nous et monte dedans. Tous les autres messieurs, mettez-vous à poil. Je n’ai pas de temps à perdre

à te déshabiller. Vous devez être debout à l’aube. Je dois être debout plus tôt. Alors secoue une plume de queue !”

Thibault est monté entre les jambes de ma femme, et juste avant qu’il le fasse,

j’ai vu que je n’avais pas à m’inquiéter. Sa bite n’était ni longue ni épaisse, mais il a transpercé Lucie avec style, et elle a visiblement apprécié. Paul est arrivé, déjà dur, mais elle l’a quand même sucé pendant que Thibault descendait du lit. Il était très épais, et sa pipe bruyante a mis de l’acier droit dans ma queue. Il semblait qu’il allait jouir, mais Lucie a retiré sa bouche de lui et ils ont chuchoté pendant quelques instants. Puis Lucie s’est mise à quatre pattes, ses gros nichons se balançant sous elle à chaque poussée, tandis que Paul la pénétrait par l’arrière. elle en profitait vraiment. “Oh-Oh-Oh !” a-t-elle crié. Paul a grogné et Lucie a fait ce bruit de roucoulement qu’elle faisait après que j’ai joui en elle. Paul s’est couché en rampant à côté de Thibault. Henry est venu voir ma femme, et au début, elle ne savait pas quoi faire.

Henry était vraiment bien monté et Lucie pouvait à peine mettre le bout de sa bite géante dans sa bouche. Lentement, elle en a pris plus dans sa bouche à chaque coup en le suçant. Elle avait encore plus chaud en imaginant comment il se sentirait en elle. Henry s’est allongé et Lucie a tenu sa queue dans une main, tandis qu’elle la guidait à l’intérieur avec l’autre. Son corps ondulait de plaisir alors qu’il entrait en elle. Lucie a rebondi sur lui, la bouche ouverte alors que sa respiration s’intensifiait, ses seins ont rebondi jusqu’à ce que ses mains charnues les attrapent fermement, les pressant comme les melons cantaloup auxquels ils ressemblaient. Quoi qu’il fasse, il le faisait doucement, et Lucie a vraiment réagi. Mon épouse sexy et offerte a gémi pendant tout le temps où il était en elle, au fond de sa gorge, plutôt comme un doux grognement. Ses hanches s’agitaient sauvagement, et elle

rebondissait de haut en bas sur sa tige rigide avec des coups plus longs. Ses yeux étaient vitreux de luxure. Ses douces fesses rebondissaient sur lui, et ses doigts étaient flous lorsqu’elle se touchait. Ils ont tous les deux joui, les corps se soulevant du lit, tandis qu’Henry tirait sa dernière salve de sperme dans ma femme. Elle a essayé de le sucer encore une fois, léchant tout le sperme étalé sur son énorme queue, mais il n’en avait tout simplement pas la force.

Alors qu’il sortait, je suis descendu. Avant que je sois confortablement installé à côté de ma femme, il ronflait. Lucie vibrait encore alors qu’elle m’embrassait, rapidement et intensément. Puis elle a retiré sa bouche affamée de la mienne et s’est retournée, dévorant ma queue. Son museau humide s’est abattu sur mon visage, avec une rivière de sperme qui en sortait. J’ai juste fermé les yeux, tandis que je cherchais ses endroits secrets avec ma langue. Je ne pouvais pas rater le goût du sperme des autres hommes, qui était partout dans sa touffe humide, s’échappait de l’intérieur et coulait en ruisseaux le long de ses cuisses. Chaque fois que ma langue frôlait le clito de Lucie, elle frissonnait. Sa bouche était frénétique sur ma queue, sa tête faisant des allers-retours dans la bouche dans un flottement. Je pouvais sentir les muscles à l’intérieur de son canal lisse s’agripper à mes doigts, reconnaissants d’avoir à nouveau quelque chose en elle.

Lucie s’est déchaînée, son corps était à l’apogée de la luxure, et ses besoins animaux n’allaient pas être refusés. Après que les spasmes de l’orgasme aient parcouru son corps, elle s’est levée, a abaissé sa fente lisse sur ma queue dure comme le roc, me saluant avec de fortes contractions des parois de sa chatte. Elle a gémi en léchant les flaques et les gouttes de sperme sur mon visage, faisant rebondir ses fesses sur moi, pressant ses seins contre moi et frottant ma poitrine avec eux pendant qu’elle m’embrassait. Je me suis replongé dans son corps avec la même ardeur, fier de ma jeune femme, reconnaissant qu’elle se soit confiée à moi, heureux que notre expérience sexuelle la plus intense nous réunisse. J’ai pompé mon sperme en elle, le mélangeant à ce qui était déjà en elle, tandis que

Lucie roucoulait dans ma bouche. Elle m’a embrassé profondément une dernière fois, puis s’est retournée, recommençant à dévorer ma queue avec sa bouche. J’ai à nouveau fermé les yeux alors que le sperme chaud se déversait sur mon visage, léchant dans Lucie, reconnaissant qu’elle me réponde si intensément. Elle ne jouissait pas aussi souvent qu’avec Henry, mais les éjaculations étaient très intenses. Au bout de quelques minutes, quand j’étais à nouveau dur comme du roc, Lucie s’est mise à me chevaucher, en frottant son clitoris contre moi, en faisant rebondir ses fesses, en me léchant férocement pendant tout ce temps. J’ai poussé dans son corps, les parois de sa chatte m’ont saisi à chaque fois qu’elle a eu un orgasme, jusqu’à ce qu’elles finissent par détacher mon jabot qui giclait. Nous nous sommes embrassés pendant que Lucie haletait, respirant lourdement, la bouche ouverte, alors que son corps se calmait enfin pour la nuit.

Lucie m’a réveillé à l’aube, avec l’odeur du café, des petits pains, des œufs et du bacon. Elle a enlevé son tablier, alors qu’elle nous bousculait, faisant se lever Thibault & Paul pour qu’elle puisse mettre la table, embrassant Henry réveillé. En y repensant, elle nous a tous embrassés éveillés, nous secouant et nous donnant nos ordres. En dix à quinze minutes, elle nous avait tous réveillés, habillés et en train de manger. Même après avoir mangé, nous la regardions avec avidité. “Allez, mes chasseurs. Soyez rapides, et bonne chasse.” Nous étions debout à l’extérieur de la caravane dans le froid avant de réaliser que nous n’avions pas nos manteaux. Elle a ouvert la porte, jeté les manteaux et écarté les jambes, se tenant à la porte. Elle a mis sa main entre ses jambes, en disant “Je vais garder le camp au chaud pour vous”.

Paul nous a emmenés sur la crête que nous avions repérée hier. Nous nous sommes déplacés comme si nous avions fait cela toute notre vie. La parfaite équipe de chasseurs a trouvé notre mâle, l’a abattu et l’a ramené au camp avant le déjeuner. Henry et moi nous sommes chargés d’habiller le cerf, de l’éviscérer et de le préparer pour le voyage de retour.

Lucie était dans la remorque, prise en sandwich entre Paul et Thibault sur le lit. Paul était derrière elle, en levrette, poussant sa bouche en avant sur Thibault, dont la tête était rejetée en arrière par pure jubilation. Lucie utilisait une de ses mains sur lui, le caressant pendant qu’elle le suçait. Les seins luxuriants de Lucie oscillaient, rebondissaient des deux côtés, les tétons dressés. Paul la doigtait, tandis qu’il la pénétrait fermement. J’avais le sentiment que cela allait durer un moment, alors Henry et moi avons pris deux bières fraîches, nous nous sommes assis dans le coin repas et nous avons regardé. Thibault s’est rappelé à quel point il aimait ses nichons, alors il a commencé à la palper. Lucie s’est abandonnée au plaisir, ce qui n’a fait que déclencher Paul et Thibault. Lucie aimait clairement le goût du sperme de Thibault et elle l’a exploité jusqu’à la dernière goutte, le léchant tout en tenant ses couilles, faisant couler les dernières gouttes sur sa langue tendue. Paul l’a caressée jusqu’à ce qu’il devienne mou, puis ils se sont embrassés pendant que Thibault sortait pour prendre une bière. Henry m’a chuchoté un plan, qui était tout simplement génial.

Henry a étayé quelques oreillers et a allongé Lucie dessus en position verticale mais allongée. Il s’est agenouillé sur le lit, lui faisant manger son énorme bite, tandis que je m’agenouillais entre ses jambes, léchant généreusement son clito, avec de longs mouvements. Quand Henry était dur comme une batte de baseball, je me suis allongé sur le lit, tirant Lucie sur moi. Son joint a fait jaillir du liquide sur mon visage, le sperme de Thibault et Paul.

La bouche de Lucie s’est refermée sur ma queue à moitié dure, tandis qu’Henry enfonçait sa matraque dans sa douce chatte. Ses lourdes boules rebondissaient sur le dessus de ma tête, alors Henry a rapidement arrêté de donner des coups durs, passant à des coups longs et lents. Cela a rendu Lucie folle. Elle a joui, encore et encore, intensément, au-delà de ce que je pensais qu’elle pouvait endurer. Elle en a adoré chaque instant, et cela a duré plus d’une heure. J’ai joui deux fois dans sa bouche, ce qui n’a fait qu’augmenter la fréquence de ses orgasmes pendant quelques instants. J’entendais Henry souffler au-dessus, et lorsqu’il a finalement commencé à taper ses couilles dans ma tête, j’ai compris qu’il allait jouir très bientôt. Je me suis retiré de la bouche chaude de Lucie, glissant sur le côté alors que Lucie s’écroulait, les seins enfouis dans le lit, le cul en l’air, tandis qu’Henry la pilonnait profondément, frappant ses fesses avec ses hanches, tenant ses hanches alors qu’elle gémissait. Ils ont joui ensemble, et Henry a rampé dehors pour aller dormir sous un_ arbre. Je me suis agenouillé derrière Lucie, la remplissant de ma bite dure, sa chatte pleine de sperme brûlant, encore frémissante d’un autre homme qui était en elle, la baisant. Paul s’est approché et lui a donné sa bite dure, qu’elle a tourné la tête sur le côté pour la sucer. Elle était toujours les seins en bas, le cul en haut, les yeux fermés, complètement perdue dans le plaisir au-delà de tout ce qu’elle avait jamais connu. Paul et moi nous sommes relayés avec elle, chacun jouissant deux fois, ce qui a pris un bon moment. C’était le milieu de l’après-midi quand nous avons arrêté. Lucie nous a mis dehors pendant qu’elle prenait un bain rapide à l’éponge, et a commencé à préparer le dîner.

Le dîner, le dernier repas de la journée, était fabuleux. Poulet à l’orange, épis de maïs, haricots verts, baguettes de pain chaudes, de la bonne nourriture. Lucie était très ouverte, touchant et embrassant tout le monde, appréciant toute l’attention portée à ses gros seins, comme des préliminaires avec quatre gars à la fois. La meilleure chose du repas était le dessert, qui était Lucie, bien sûr. Elle s’est occupée de nous exactement comme elle l’avait fait le premier soir. J’étais épuisé, mais Lucie a joui si fort qu’elle s’est endormie, ronflant avec ma queue encore dans sa bouche.

Le lendemain était un jour chaud et il n’y avait plus de chasse à faire, alors Henry a suggéré un pique-nique. Nous avons pris une couverture dans les bois, près des limites de notre camping. Les mamelons de Lucie étaient raides à cause de la brise fraîche, ce qui a conduit à ce que deux bouches différentes aident à les réchauffer. Paul a commencé à l’embrasser, et j’ai grimpé entre ses jambes. Lucie était déjà mouillée, même si elle avait pris son bain à l’éponge plus tôt.

Toute l’attention, le cadre naturel, Lucie adorait ça et elle répondait vraiment bien. Nous nous sommes relayées sous Lucie, deux d’entre nous suçant ses seins tandis que l’une d’entre nous remplissait son museau chaud, l’autre sa bouche chaude. Nous devions toutes être très tendres, car Lucie nous prenait toutes depuis deux jours maintenant. Comme nous avions toutes été douces depuis le début, elle n’avait pas mal, juste de la tendresse. Cela n’a servi qu’à faire durer les choses, pour que nous la baisions toute l’après-midi. Comme toujours, Lucie a répondu le mieux à moi-même et à Henry.

Ce soir-là, le dîner a été tardif. Lucie s’est encore surpassée. Côtes de bœuf au barbecue, tater tots, légumes variés, shots de Tequila et biscuits. Lucie s’est vraiment lâchée et a attiré Thibault et Paul sur le lit. Elle a fouillé dans sa valise de train pendant une minute, puis a sorti un pot de Vaseline. Mon attention a immédiatement doublé, car ma queue est passée de dure à dure comme un diamant. Lucie a graissé Thibault, en se penchant sur le lit, pendant qu’il glissait sa bite dans son cul. Décidant qu’elle aimait ça, elle l’a allongé sur le lit, s’est glissée le long de lui, tous les deux face vers le haut, jusqu’à ce qu’il soit à nouveau dans son cul. Écartant largement ses jambes, elle a tiré Paul entre elles. Henry s’est approché et Lucie a tourné la tête sur le côté pour le sucer. Elle avait maîtrisé ses talents d’avaleur d’épée et pouvait l’enfoncer sérieusement dans sa gorge, mais la position ne s’y prêtait tout simplement pas. Thibault n’a pas duré très longtemps et Lucie a demandé à tout le monde de se lever.

Elle a graissé ma queue en pleine érection, m’a allongé sur le lit, m’a tenu pendant qu’elle me guidait dans son trou du cul. Henry est venu ensuite, l’ouvrant en deux avec sa fente de castor. Paul lui a rempli la bouche, tandis que Thibault ronflait bruyamment sur le lit fabriqué à partir de la table à manger. Le sang bouillonnait à l’intérieur de son cul serré. J’ai joui rapidement, mais ses spasmes m’ont gardé dur, tout comme l’énorme bite d’Henry qui nous frottait tous les deux. Je pouvais sentir Lucie en orgasme presque continuel, le dos arqué, et je n’avais qu’une envie : jouer avec ses seins. Le bout de mes doigts qui effleuraient ses mamelons l’a simplement poussée à bout. À partir de ce moment-là, Lucie n’a pu que grogner, aspirer et gémir, jusqu’à ce que nous ayons tous éructé en elle dans un orgasme presque simultané. Elle a englouti le sperme de Paul, a eu des spasmes autour de celui d’Henry et de ma queue, se tortillant et se tordant comme un poisson savoureux harponné par trois grandes lances. Je suis allé me nettoyer et je suis revenu pour trouver Henry déjà endormi dans la couchette du haut, Paul endormi à côté de Thibault, et Lucie, lascivement étalée, les bras grands ouverts, ronflant à pleins poumons. Je me suis glissée à côté d’elle, caressant ses seins, et je me suis endormie avant d’entendre son troisième battement de cœur.

Le lendemain matin, nous avons levé le camp. Il était temps de rentrer en voiture. C’était étrange de voir Lucie à nouveau habillée. Tout le monde s’est montré très gentil avec elle, mais a gardé ses distances, sans la tripoter ni la peloter. Nous avons parlé, nous avons chanté, nous nous sommes réjouis de notre bonne chance, nous avons vérifié notre étiquette auprès du garde forestier, nous avons fait le plein d’essence et nous sommes rentrés à la maison.

Pendant les vacances, Thibault & Stephanie, Paul & Laura, Joy et Henry nous ont rejoints pour une fête. Thibault a eu une idée : au printemps, une partie de pêche dans la cabane de sa famille, tout comme la partie de chasse à l’automne. Lucie s’est immédiatement portée volontaire, bien trop enthousiaste, en disant “J’irai. Je sais déjà quoi faire. J’adorerais ça”, avec une lueur dans les yeux.

Joy a dit “Pas si vite, chérie. Je suis la prochaine. Ensuite Laura, puis Stephanie.”

Lucie était furieuse et a dit “Hé, Joy, ça fait encore une année entière avant que je puisse y aller !”.

Joy a répondu : “Eh bien Lucie, tu es déjà partie. Pour une raison que je ne peux pas deviner, tu veux recommencer, alors ça ne peut pas être si terrible.”

Lucie a supplié “Les chevaux sauvages ne pourraient pas me traîner. Pourquoi n’y allons-nous pas tous les deux ?”

Joy a tout de suite été curieuse, “Uh-Uh. Tu l’as fait tout seul, je le ferai tout seul. Quel est le grand secret ?”

Thibault est intervenu en disant : “Joy, tu dois accepter à l’avance, tout comme Lucie, d’obéir à toutes les règles spéciales. Si tu échoues, alors nous devrons faire de Lucie notre seule cuisinière du camp à partir de maintenant.”

Joy s’est illuminée et a dit : “C’est vrai ! Je ferai mieux que Lucie n’importe quand !” Toutes les épouses ont harcelé Lucie pour avoir des détails, mais elle est restée silencieuse.

Joy est partie avec nous, racontée par Henry de tous les détails. Il l’avait taquinée pendant qu’ils faisaient l’amour, tout comme Lucie m’avait tourmentée. Les seins de Joy étaient encore plus gros que ceux de Lucie, avec d’énormes auréoles. Ses longs cheveux blonds étaient amusants à enrouler autour de ses tétons raides. Elle avait un épais nid de fourrure blonde, avec deux lèvres de chatte très épaisses, très humides et très avides. Dès le trajet jusqu’à la cabane, elle nous a supplié de la baiser. “Après qu’Henry me l’ait dit, j’ai eu besoin de plusieurs moments de jeu au lit pour me faire à l’idée. Ensuite, je n’arrivais pas à me sortir de la tête les images d’affronter quatre hommes en même temps ! Je suis stupéfaite de voir à quel point Lucie a bien géré la situation !”. dit Joy à chaud.

“À vrai dire, elle l’a fait au début simplement parce qu’elle avait donné sa parole. Quand Paul a dit à Thibault ‘Assez!’, elle a cru qu’il lui aboyait dessus ! Quand je n’ai pas objecté, elle s’est simplement dit que c’était le prix à payer pour avoir accepté, alors qu’elle ne savait pas ce qu’elle acceptait

avec une promesse, sa parole. Sa fierté s’est transformée en luxure, quand elle a découvert à quel point c’était vraiment chaud”. J’ai dit à Joy en guise d’explication.

“Pareil pour moi” a dit Joy, “Je ne suis que du fromage frais entre mes jambes en ce moment. Ma culotte est en bouillie ! J’ai tellement chaud que je peux à peine respirer ! Je veux que vous me baisiez tous, que vous me baisiez, que vous me baisiez, que vous me mangiez, que vous me fassiez sucer, dans toutes les combinaisons que vous voulez, toute la semaine !”.

Nous avons accepté son offre, lui donnant le même traitement qu’à Lucie, puis nous l’avons emmenée au bateau, la gardant sous une couverture, et la faisant baiser et sucer toute la journée. Nous avons bu des bières fraîches, en baisant une femme chaude toute la journée et la nuit. Elle était mouillée, plus lâche que Lucie, et pouvait nous prendre toute la semaine sans avoir mal.

Laura et Stephanie ont refusé d’y aller seules, alors elles y sont allées toutes les deux cet automne-là et au printemps suivant. Nous n’avions jamais vu deux femmes se partager avec quatre hommes, et entre elles, auparavant. Elles étaient impatientes de se partager avec Joy et Lucie, et les rumeurs de chaudes parties à trois ont commencé à circuler après notre retour.

Lucie nous emmène camper cette semaine. Les souvenirs de ma femme chaude lors de ce premier voyage me gardent raide quand j’en ai besoin. Joy tient compagnie à Laura et Stephanie pendant leur soirée pyjama d’une semaine. Elles sont toutes nos filles de feu de camp maintenant, entretenant les flammes de nos désirs. Mais pour moi, la première, la plus chaude et la meilleure, c’est Lucie.

Préférence de la coquine : pénétration anale
Endroit de préférence pour le sexe : discrètement chez vous
Je choisis mes partenaires selon certains critères. J’aime les hommes majeurs qui ont moins de trente ans.