C’était le début de l’après-midi et la journée avait été calme. J’avais acheté quelques articles dans les magasins et fait quelques choses dans le jardin. Fête du personnel ce soir. Bon sang, je n’ai pas la tête à ça. Tout ce nez brun. Je vais devoir me tenir avec le patron et il n’écoutera pas un mot de ce que je dis. Il ne fera que reluquer ma femme, Julie. Elle s’en accommode bien, mais je sais qu’elle déteste ça. Nous avons tous les deux la trentaine passée maintenant. Il fut un temps où, dans nos 20 ans, cela aurait été drôle. Nous en aurions ri. Mais maintenant ? C’est un vieil homme lubrique d’une cinquantaine d’années et c’est juste triste et très ennuyeux.

Je descends pour voir Julie discuter avec Stéphanie, la jeune femme du couple d’à côté. Stéphanie est une jeune femme de 20 ans qui vient de se marier l’année dernière. Très naïve, mais très jolie. Elle a de superbes cheveux longs, raides et roux foncé, et un corps pâle mais séduisant. Elle est mince et un peu lourde pour sa corpulence, ce qu’elle montre, et je te jure qu’elle ne se rend pas compte qu’elle en fait étalage. Julie me surprend toujours en train de jeter un coup d’œil rapide et roule les yeux vers moi. Je fais bouillir la bouilloire et reste là à attendre.

“Steve !” dit Julie, “Stéphanie disait justement qu’elle a la plus belle des robes et que Michel est parti et s’est retrouvé coincé à Londres pour affaires. Et ils allaient aussi sortir ce soir …”

“Oui”, confirme Stéphanie en tirant un visage triste.

“Eh bien, c’est dommage.”

Elles me regardent pendant un moment.

“Essaie ta robe, Stéphanie, et montre à Steve !”

Stéphanie attrape son sac et s’enfuit dans le salon.

Je regarde Julie, confus. Avant que je puisse dire quoi que ce soit, elle m’arrête en levant la main.

“Tu vas adorer ça…”

En quelques minutes, Stéphanie est revenue avec sa robe. C’est une robe en mousseline de soie bleu roi avec un profond plongeon sur la poitrine qui fait pratiquement déborder ses seins. La matière soyeuse est froissée et semble s’étirer comme une sculpture sur son corps. Et elle est courte, doux Jésus, elle est courte. Il couvre à peine ses fesses. Elle tourne sur elle-même pour le montrer, exhibant chaque centimètre de son jeune corps. “Tu aimes ça ?” demande-t-elle en faisant glisser ses mains sur ses seins osseux et ses fesses parfaites, lissant quelques plis.

La bouilloire atteint son apogée bouillante (et ce n’est pas la seule). Comme j’aimerais que nous ayons une vieille bouilloire sifflante pour les moments comme celui-ci. Je hoche la tête, stupéfait, tandis qu’elle continue à ajuster sa robe. Julie me regarde en faisant un clin d’œil, avec le plus grand sourire en coin. Elle me fait signe de fermer ma bouche. Elle doit être entrouverte.

“Je voulais tellement sortir ce soir.”

“Eh bien, peut-être que tu peux”, dit Julie.

“Oh ?”

“Steve doit se rendre à une réception de travail, mais pour être honnête, je ne suis pas vraiment d’humeur à le faire.”

Confus, je regarde Julie pendant un moment.

“Le patron de Steve a toujours un œil sur moi. Ou plutôt, il a les yeux sur mes seins.” Stéphanie émet un rire choqué. “Toute la nuit. Comme je ne suis pas là, tu me feras une faveur en prenant ma place. Dis que j’ai mal à la tête, ou s’il ne se rend pas compte que ce n’est pas moi, dis que je me suis fait refaire les seins.” Elle rit.

“Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée”, proteste-je, abasourdi par sa suggestion.

“Awww, Steve, s’il te plaît ?” Stéphanie me regarde avec des yeux de chien battu. “Je voulais tellement sortir ce soir. Je voulais danser dans ma nouvelle robe.”

Je regarde Julie pour avoir un soutien moral. Il n’y en a pas.

“Oh, Steve, ne sois pas un tel rabat-joie”, dit Julie.

Stéphanie frappe dans ses mains, son visage s’illumine. “Danse !”

“Steve viendra te chercher à 7 heures. Peux-tu être prête à ce moment-là ?”

“Je vais prendre une douche et me maquiller. Je serai prête !”

Stéphanie part rapidement car il ne reste plus beaucoup de temps. Je regarde Julie.

“Maintenant, avant que tu ne dises un mot, il ne s’en rendra même pas compte. Tout ce qu’il fait toute la nuit, c’est de regarder mes seins.” Elle doit voir que ma bouche est entrouverte. “Oh, ne sois pas comme ça. C’est une fille adorable. Donne-lui juste une danse et quelques verres et elle sera formidable.”

Nous nous disputons pendant quelques minutes, mais c’est inutile. La décision de Julie est prise. Je vais à la douche d’une humeur massacrante. Je me rase, mets mon costume et me prépare.

Quand je pars, Stéphanie attend près de la voiture. Elle a mis sa robe et son visage est maquillé. Son visage est pâle avec un rouge à lèvres rouge vif et une légère teinte de fard à joues. Je ne peux pas m’empêcher de la regarder fixement, en admirant son beau corps, ces magnifiques seins qui éclatent et ses douces joues voluptueuses. Lorsqu’elle monte dans la voiture, je regarde ses longues jambes, qui sont accentuées par ses talons hauts. Je commence à me sentir extrêmement mal à l’aise lorsqu’elle trie le décolleté de sa robe, ses seins s’agitant. Mon Dieu, elle est une telle allumeuse de bite, et elle ne le sait pas, je le jure.

Nous nous arrêtons à la fête. Elle a lieu dans les bureaux de l’entreprise d’expédition et ils ont transformé la salle de conférence en piste de danse avec un DJ dans le coin. Tout est bien parti. Il y a une bonne participation, assez bien remplie. Mon patron, Pierre, me voit immédiatement et me fait signe, me faisant signe de venir. Pierre a la cinquantaine et des cheveux gris qui se dégarnissent sur le dessus maintenant.

“Steve … Steve … c’est bien que tu sois venu.” Les joues rougies, le vieil homme a l’air d’avoir déjà bu quelques verres. Il regarde Stéphanie. “Je jure que ta femme rajeunit chaque année. J’oublie toujours ton nom …” Il lui donne une petite tape sur la joue et reluque ses seins.

Stéphanie se penche plus près car la musique est forte, ce qui accentue ses seins. “Stéphanie. Et je me suis fait refaire les seins l’année dernière. C’est le cadeau de Steve.”

Il hoche la tête en regardant les seins de Stéphanie, ses yeux s’écarquillent. “Ils ont l’air tellement vrais !”

On fait circuler le champagne et au bout d’une heure, les joues de Stéphanie sont un peu plus rouges. Elle me tire sur la piste de danse et nous dansons. Au début, c’est innocent, mais lentement, au cours de l’heure suivante et de plusieurs visites au bar pour le champagne, ça devient un peu plus que ça. Elle glisse de haut en bas sur mon front, remuant ses joues de cul sur mon entrejambe. Je peux sentir ma queue qui commence à remuer. Une pause dans la musique vient à mon secours. Le DJ appelle quelqu’un de la foule et il commence à faire quelques annonces.

Nous quittons la piste de danse et mon patron me fait de nouveau signe. Il y a encore du champagne. Comme je suis au volant, je ne peux pas boire, mais cela n’arrête pas Stéphanie. Bien qu’elle joue le rôle de ma femme, elle n’a pas vraiment besoin de jouer le rôle aussi bien. Elle me tient le bras et me caresse les fesses pendant que nous discutons avec Pierre et mes autres collègues de travail. Avec une main dans la poche de mon pantalon, je dois tenir ma bite semi-érectée sur le côté. La fête continue. Les deux ou trois heures suivantes sont remplies de champagne et de danse. Lentement, la fête s’éclaircit.

Stéphanie est assez ivre maintenant et tire même le vieil homme pour danser, remuant son cul devant lui et montant et descendant lentement le long de sa jambe avec ses cuisses. Il profite de chaque occasion pour passer ses mains sur son cul soyeux. Je te jure qu’elle apprécie l’attention. Elle sourit et glousse en lui tournant le dos, frottant son cul contre son aine. Cette putain de robe continue de monter de plus en plus haut. Comment diable peut-elle continuer à monter et ne pas exposer complètement ses fesses ? Le visage de Pierre est rouge vif et transpire. Il ne peut pas détacher ses yeux d’elle, et il n’est pas le seul.

La quantité de champagne a fait des ravages sur Stéphanie. Elle s’accroche au bras de Pierre alors qu’ils quittent la piste de danse. Son bras est enroulé autour d’elle. Il fait semblant de la soutenir avec sa main effrontément posée sur la joue de ses fesses, qu’il presse tout doucement. Il lui chuchote quelque chose pendant qu’ils s’approchent, et il lui tapote doucement les fesses pendant qu’ils s’approchent de moi. Elle ricane en jouant, le visage rougi par le champagne. Ses yeux trahissent son état d’ébriété.

Il est presque 13 heures et j’envisage sérieusement d’appeler ça une nuit et de la ramener chez elle, mais une partie de moi apprécie son comportement scandaleux. Je lui chuchote que nous ferions mieux de penser à rentrer à la maison. Elle me fait un visage triste, en faisant la moue, la lèvre inférieure sortie. Je ris, je m’excuse et je vais aux toilettes, et quand je reviens, elle n’est nulle part. Je vérifie la piste de danse. Rien. Je vérifie le bar. Rien. Je vérifie le buffet. Rien. Je demande autour de moi. Quelqu’un dit que Stéphanie et Pierre sont montés dans les bureaux pour prendre l’air. Je prends l’ascenseur pour monter d’un étage et je vérifie le bureau du vieil homme et je les vois. J’entre en silence.

Ils ne lèvent pas les yeux. Je ne pense pas qu’ils se rendent compte que je suis là. Elle est assise sur son genou droit sur un canapé qui se trouve en face de la porte, regardant quelques albums photos avec un verre de champagne dans sa main gauche. Il lorgne sur ses seins sous sa robe, le visage rouge et en sueur, pendant qu’elle feuillette quelques pages. Son bras gauche est en travers de sa taille, sa main gauche court légèrement le long de sa cuisse droite tandis que sa main droite est sur son épaule droite, posée délicatement sur la bretelle de sa robe, son pouce frottant d’avant en arrière sur celle-ci. Stéphanie tourne la tête vers lui, timidement, alors qu’il lève les yeux vers elle.

“Je passe un si bon moment ce soir”, murmure-t-elle. “Steve dit que nous devrions rentrer à la maison, mais je n’en ai pas envie. Je me suis tellement amusée dans ma nouvelle robe. Mais il a raison …” Elle fronce les sourcils, puis le regarde et lui fait un sourire malicieux. “Mais je m’amuse en ce moment.”

Il murmure : “Tu es si sexy dans cette robe. Ton corps est fait pour être exhibé. Cela a fait que tous les hommes ici ce soir te désirent. Ils te regardaient tous, te déshabillant silencieusement du regard. Chacun d’entre eux, ils te désiraient tous.” Je regarde avec fascination l’attention qu’il porte à la bretelle de sa robe, la faisant aller et venir avec son pouce. Elle dérive très légèrement le long du haut de son épaule à chaque mouvement subtil. “Nous pouvions tous voir ta jolie culotte lorsque tu virevoltais en dansant. Tes fesses de pêche étaient fantastiques quand tu me les as montrées.” Se mordant légèrement la lèvre inférieure, Stéphanie baisse les yeux vers l’album, un sourire se répandant silencieusement sur ses lèvres. “Une fille belle et sexy”.

Lentement, mais sûrement, ses mouvements doux avec son pouce font glisser la fine bretelle de la robe vers le bord de son épaule. Millimètre par millimètre, centimètre par centimètre, il se déplace silencieusement. Il faut encore une minute, et la bretelle glisse lentement et délicatement de son épaule. Elle glisse le long de son bras et y reste suspendue, impuissante.

Elle ne dit rien mais le regarde avec des yeux sulfureux, en souriant, puis ramène son attention sur l’album photo et feuillette quelques pages de plus. Sa main droite serpente d’avant en arrière sur ses omoplates nues et se pose en haut de son bras, frottant légèrement comme pour l’apaiser. Elle boit une longue et mince gorgée du verre et s’apprête à le poser sur la table devant eux. Pierre lui prend le verre vide et le pose sur une petite table à sa gauche. Il ramasse l’album photo sur les genoux de Stéphanie et le pose sur la même table. Ses seins se lèvent et s’abaissent dans de courtes respirations avec l’anticipation. Je pourrais jurer qu’elle halète légèrement. Sa main gauche se promène lentement le long de sa cuisse droite. Je devrais dire quelque chose, mais je ne peux pas. Je reste là, abasourdie par ce qui se passe devant moi et j’observe silencieusement sa séduction depuis l’embrasure de la porte de son bureau.

“Je suis très, très ivre …” dit-elle, amusée.

As-tu aimé que les hommes te regardent ?” demande Pierre, alors que ses yeux boivent son corps. “As-tu apprécié l’attention ?”

“Oh oui”, soupire-t-elle en souriant.

“Tu aimes exhiber ta culotte dans une robe courte”, dit-il sans détour. “Comment t’es-tu sentie ?” – Il presse le haut de sa cuisse à travers la robe avec sa main gauche, indiquant sa chatte.

Stéphanie glousse, puis lui chuchote doucement. “Ça a rendu ma culotte humide.” Il acquiesce, souriant de joie.

Sa main gauche continue de caresser légèrement sa cuisse droite tandis que sa main droite dérive vers son épaule gauche et atteint la bretelle gauche de sa robe soyeuse. Une fois de plus, ses mouvements lents, mais doux, avec ses doigts transpirants commencent à la faire glisser jusqu’à l’apex de son bras.

“Eh bien … peut-être que tu n’as pas besoin de rentrer à la maison.” Elle le regarde avec perplexité. “Peut-être que nous pourrions faire notre propre petite fête ici même ?” dit-il doucement. Elle sourit malicieusement et baisse timidement les yeux vers sa main sur sa cuisse. Son fin sourire est aussi sournois qu’un renard. “Je parie que tu es encore plus belle sans cette robe. J’adorerais passer mes mains partout sur toi et rendre ta culotte très humide, Stéphanie.”

Doucement, presque innocemment, l’autre lanière glisse lentement jusqu’au bord de son épaule alors que la respiration de Stéphanie s’élève d’excitation. Ses yeux sont fixés sur ses seins. Elle tremble un peu. Il semble falloir encore un moment avant qu’elle ne tombe sans effort de son épaule et pende doucement le long de son bras. Un souffle s’échappe de Stéphanie alors que ses seins rebondissent de façon précaire, luttant contre le tissu soyeux de sa robe bleue, se répandant presque. Bien enfermée dans la robe, elle se dilate et se contracte alors que ses seins fermes se lèvent et s’abaissent à chaque respiration excitée. Le visage de Pierre gémit visiblement en les regardant. Mon Dieu, ma bite commence à durcir en regardant ça. Je n’arrive pas à croire ce que je suis en train de voir. Je change de position pour faire bouger ma queue en tension. Le vieil homme lève la tête et me voit. Il a un large sourire sur le visage.

“On dirait que Steve a réussi. Je t’avais dit qu’il le ferait”, dit Pierre. Stéphanie fait un signe de la main enjoué et ivre, son visage rougi me sourit. Elle ne fait aucune tentative pour remonter les bretelles de sa robe, tandis que Pierre continue. “Elle avait besoin de se reposer. J’ai suggéré que nous venions ici, n’est-ce pas, ma chère ?”. Il me fait un clin d’œil. Stéphanie acquiesce, les yeux presque fermés alors qu’il caresse légèrement son cou avec son index, ses seins montant et descendant rapidement. “Je disais à ta belle femme que nous pourrions avoir notre propre fête privée ici …”

Ils me regardent tous les deux, jaugeant ma réaction. Je me déplace à l’intérieur de la pièce depuis l’embrasure de la porte et m’assois lentement sur l’unique siège qui fait face au canapé. Je ne dis rien. Voyant cela, ils se regardent tous les deux.

“Quelle jolie fille tu es”, murmure-t-il à son oreille, son souffle chaud sur son cou. “Ta peau est si lisse et douce.” Elle glousse et il embrasse lentement et légèrement son cou. Elle soupire un peu avec un doux gémissement. Avec confiance maintenant, sa main gauche remonte jusqu’à la coupe de son sein gauche, et lentement et légèrement, il passe ses mains dessus tandis que ses baisers remontent jusqu’à son oreille, et il murmure à nouveau, “Ils semblent si réels. Je pense que nous devrions vérifier et voir. Fille sexy.”

Ses mamelons pointent hors de la robe soyeuse. Putain, ils sont durs. De nouveau, elle gémit doucement, et sa main gauche palpe plus complètement son sein gauche, entourant de temps en temps ses mamelons durs très légèrement avec ses doigts, les taquinant avec son attention. Elle soupire, et il recommence à embrasser sa nuque.

“Je vais faire sortir tes magnifiques seins de cette robe, Stéphanie. Lentement. Un par un,” dit-il avec confiance.

Sa main moite glisse sur le tissu soyeux, et mon cœur s’arrête presque lorsque son index se faufile dans le bonnet gauche de sa robe et commence à le tirer vers le bas, progressivement. Cela semble une éternité de la voir glisser sur son sein gauche. Elle me taquine depuis si longtemps, en venant prendre le thé dans des hauts courts et des shorts minuscules, et je ne peux pas m’empêcher de regarder et de fixer. Atteignant ce point de non-retour, cette masse critique, il glisse sur son mamelon. La coupe de la robe disparaît et Stéphanie halète alors que son sein gauche sort pratiquement en rebondissant légèrement. Les yeux du vieil homme s’illuminent. Son sein est pâle avec de grandes aréoles. Ses mamelons sont durs comme l’eau à la bouche. C’est tellement faux. Je suis sûre que Julie n’a pas voulu que cela arrive, et je me sens coupable d’avoir regardé et de n’avoir rien dit.

Respirant difficilement, les grands yeux de Stéphanie regardent les baisers de Pierre serpenter le long de son cou jusqu’à son sein gauche. Sa main gauche remonte et tient sa tête, avide de son contact, tandis qu’il lèche ses lèvres et les passe sur ce magnifique téton. Les yeux légèrement fermés maintenant, sa tête bascule en arrière tandis qu’elle se mord doucement la lèvre inférieure. Il lèche son mamelon dur, le faisant tourner de haut en bas avec sa langue. Elle gémit doucement. Son visage en sueur lève les yeux vers elle, sa betterave, presque rayonnante. Elle baisse les yeux vers lui, haletant légèrement, ses joues ivres rougissant d’excitation. En regardant bien sa poitrine, sa bouche engloutit son mamelon et il commence à sucer doucement son sein gauche. Elle tire sa tête dans sa chair, suppliant pour plus d’attention.

“Mon Dieu, ils sont si réels. Si doux,” dit-il entre ses succions tendres. “Ils sont parfaits.” Sa voix tremble d’anticipation. “Tu as de superbes petits bourgeons.” Il la regarde dans les yeux. “Une fille sexy.” Sa bouche se referme sur son sein gauche, cette fois-ci elle est plus affamée, plus vorace. La tête de Stéphanie bascule à nouveau en arrière et je jure que je vois ses yeux rouler pendant qu’il l’aspire avidement.

Je peux voir sa main gauche moite monter et descendre le long de sa cuisse en se déplaçant de plus en plus haut. Elle gémit doucement maintenant alors que sa main monte et disparaît sous la robe. Sa bouche affamée continue de festoyer sur son sein. Il suce fort et retire ses lèvres en faisant ressortir le mamelon. Il le tient là, puis le lâche, provoquant un bruit sec qui résonne dans la pièce. Il rebondit avec excitation, puis il le mordille légèrement avec ses dents. Stéphanie gémit bruyamment. Il revient à son sein, un peu plus brutalement, et avec vigueur.

Sa main droite tire maintenant la tasse vers le bas sur son sein droit, tandis qu’il continue à sucer son sein gauche. Son pouce en sueur se glisse à l’intérieur et nous regardons tous les trois avec fascination le tissu s’étirer sur son sein. On aperçoit son aréole ; la matière soyeuse s’étire sur son mamelon dur et le tire vers le bas. Stéphanie halète de plus en plus par courtes respirations à mesure que son sein est entièrement mis en valeur. Toujours en tirant lentement le bonnet de la robe vers le bas, le mamelon se soulève soudainement et son sein droit apparaît soudainement. Il rebondit joyeusement, presque avidement alors que le bonnet de la robe glisse de son sein.

“Ohhhhh …”, souffle-t-elle, avec difficulté.

Sa main droite caresse son sein droit, son doigt sentant lentement et légèrement la chair douce du dessous. Faisant glisser sa main vers le haut, il presse puis titille son mamelon dur, le faisant rouler entre les doigts transpirants de sa main droite pendant qu’il continue à sucer le gauche.

Il relève la tête et murmure à son oreille : “Voyons à quel point ta culotte est humide maintenant.

Avec sa main gauche sous sa robe, ses jambes s’écartent et il remonte sa main de plus en plus loin. Elle repose joliment ses pieds sur la petite table devant le canapé pendant qu’elle s’ouvre pour lui. Il remonte doucement sa robe jusqu’en haut de ses hanches et me la montre. Elle porte une culotte en satin bleu assortie. Sa main caresse doucement sa chatte et la frotte à travers le tissu fin. Il me lance un regard pour jauger ma réaction. L’atmosphère est tellement chargée sexuellement que je n’ose rien dire. Stéphanie ne me regarde même pas. Elle est perdue dans l’instant. Il me sourit comme un chat et se remet à embrasser et sucer son sein gauche.

“Oh … tu es si humide, n’est-ce pas, ma petite coquine”. dit le vieux patron avec excitation, en frottant sa chatte et en observant ses réactions alors qu’elle s’abandonne à lui. Ses genoux sont détendus, ouverts, accueillant ses attentions. Je le vois manœuvrer sa culotte en satin bleu sur le côté, et il y glisse un doigt moite. Je te jure, je le vois trembler alors qu’il commence à frotter sa chatte. “Je vais faire en sorte que ta chatte soit si humide et prête pour ma queue”.

Stéphanie gémit doucement à son toucher et à ses propos cochons. Elle tourne légèrement la tête sur le côté et gémit doucement. Il regarde ses mains toucher ses mamelons et embrasse à nouveau son cou.

“De beaux tétons …” murmure-t-il, en gémissant presque.

Je peux le voir alterner son attention sur sa chatte. Il continue à frotter son clito, puis glisse un doigt en elle pendant quelques secondes, puis revient à son clito. Il alterne cela pendant ce qui semble être une éternité. Ses genoux sont presque au niveau de ses hanches. Elle s’est complètement ouverte, tant son excitation est grande. Elle gémit de plus en plus fort à chaque instant. Le visage de Stéphanie rougit tandis qu’il continue à la frotter, à embrasser ses tétons et à tripoter ces putains de seins magnifiques.

“Ta chatte est si bonne… Enlevons ta jolie culotte, d’accord ?”.

Stéphanie soulève doucement ses fesses de son genou. Il fait glisser sa culotte sur ses cuisses sans protester et elle tombe sur le sol. Elle s’allonge, se détendant légèrement sur lui, et ses doigts reviennent vers sa chatte alors qu’elle écarte ses jambes. Elle a l’air si humide, ses lèvres font une moue d’excitation alors qu’il se concentre sur elle. Après quelques minutes supplémentaires, ses gémissements sont devenus des gémissements et des cris doux. Ils deviennent plus intenses lorsque ses hanches commencent à bouger en même temps que ses doigts qui montent et descendent, entrent et sortent, et vont d’un côté à l’autre.

“Vas-tu être une bonne petite fille et venir pour nous ?” demande-t-il. Son visage est rouge vif. La sueur dégouline de lui. Stéphanie ne répond que par des gémissements et des cris qui montent. “Est-ce que tu vas sucer ma grosse bite et me laisser te baiser par derrière ? Ton magnifique cul m’a rendu fou toute la nuit.” Les cris doux de Stéphanie s’élèvent de façon plus urgente. “Tu aimes être regardée, n’est-ce pas ? Tu aimes les discussions dégoûtantes, n’est-ce pas ?”

“Oui …” elle gémit de manière urgente, ses hanches tournant plus vite.

Elle est si proche. C’est comme regarder une vague s’écraser contre le rivage. Elle construit et construit, gonfle, et monte sur la crête en attendant l’inévitable.

“Tu es une fille sexy qui aime être coquine, n’est-ce pas ?”

“Oui …”

“Mon Dieu, tes seins sont tellement magnifiques. Je veux verser mon sperme partout sur eux.”

“Je vais jouir …” elle gémit de façon irrégulière, presque impuissante. “Oh mon Dieu … Je vais vraiment jouir.”

Les jambes de Stéphanie tremblent. Ses cris deviennent plus forts et plus intenses. Tout son corps tremble. Je pense que ma queue va exploser rien qu’en les regardant toutes les deux. Je ne me touche même pas de peur de briser le moment.

“Oh, c’est ça”, dit Pierre en regardant son visage et en souriant, en frottant son clito de plus en plus vite. “Tu jouis pour le vieux Pierre. Je vais te regarder pendant que tu jouis. Pense juste à ma grosse bite qui martèle ta chatte humide.”

La crête de la vague se fracasse contre son corps. Elle se balance en avant dans des spasmes, submergée. Ses yeux s’écarquillent, choqués par la férocité. Elle gémit entre ses cris forts et ses halètements. Sa tête roule en arrière. Elle commence à se trémousser sauvagement, à trembler de façon incontrôlable et à frotter sa chatte contre ses doigts.

“Magnifique … Tu es si mouillée … Tu es belle et tu te sens belle …”.

C’est un spectacle à voir. Elle jouit si fort que c’est presque violent. Ses seins tremblent avec sa respiration irrégulière. Ses yeux sont fermement fermés alors que son visage grimace avec la douce agonie de l’extase. La tête en arrière et ses jambes ouvertes pour une vue complète, je peux voir à quel point il l’a mouillée. Des larmes coulent sur ses joues rougies. Tout son corps se tortille pendant qu’elle jouit. À chaque secousse, elle pousse un cri intense et prolongé. Pierre s’accroche à elle alors qu’elle a des spasmes incontrôlables dans son étau. Sa main s’est enroulée autour du poignet de sa main qui frotte sa chatte, la serrant fermement. Son orgasme semble s’éterniser.

L’attention qu’il porte à son clito ralentit à mesure qu’elle redescend. Gémissant toujours doucement avec des cris occasionnels, elle retombe lentement et semble se fondre dans sa poitrine. Ses doigts moites, couverts de son jus, remontent jusqu’à ses seins et il les frotte sur ses tétons. Il continue ainsi pendant quelques instants, utilisant son jus sur ses tétons, et suce le jus de sa chatte sur eux.

“Maintenant, viens sucer la grosse bite du vieux Pierre, ma chérie”.

Elle finit par se lever, légèrement étourdie et la tête légère. Je suis sûre que c’est dû à son puissant orgasme, mais la boisson n’est pas à exclure. Elle retire ses bras des bretelles de la robe, laissant la moitié inférieure toujours en place. Toujours assis sur le siège, Pierre l’aide à se retourner et la guide doucement vers son entrejambe. Sa bite sort pratiquement du haut de son pantalon. Elle s’agenouille devant lui et défait lentement sa ceinture et le bouton du haut et fait glisser la fermeture éclair vers le bas. Il descend son pantalon et son boxer. Sa bite est aussi dure que l’enfer et avec l’orgasme puissant de Stéphanie, la tête est toute mouillée. Sa bite n’est pas grosse, mais sa circonférence est impressionnante. Elle fait courir sa main de haut en bas de sa tige, utilisant son propre pré-cum comme lubrifiant, et abaisse sa bouche, observant son visage pendant qu’elle passe sa langue dessus.

“Maintenant, tu mets ta douce bouche aux lèvres rubis sur ma grosse queue et tu la suces bien. Voilà une bonne fille.”

Elle répond. Sa bouche glisse sur la grosse tête, faisant lentement glisser ses lèvres rouges dessus, s’enfonçant petit à petit en se balançant de haut en bas. Pendant tout ce temps, elle observe son visage et ses expressions alors qu’elle attise sa bite.

“Ohh …” gémit-il en regardant sa queue glisser dans et hors de sa bouche. “C’est une bonne fille. Prends tout ça …”

Je n’arrive pas à croire que je suis en train de regarder mon patron se faire sucer par ma voisine de palier. Je ne peux pas le supporter plus longtemps. Je défais ma ceinture et déboutonne mon pantalon pour libérer ma queue douloureuse. Je la caresse légèrement. Elle est si dure qu’elle palpite à chaque coup. Pierre me regarde en souriant. Il retourne son regard sur la lente succion de la queue de Stéphanie. Elle savonne sa bite avec sa salive, passant de temps en temps sa main de haut en bas pendant qu’elle suce la tête, puis revient et engloutit sa bite, ce qui le fait gémir. Cela continue pendant quelques minutes, ses gémissements augmentant, jusqu’à ce qu’il l’arrête en lui tapant légèrement sur l’épaule. Confuse, elle le regarde.

“Le vieil homme ne peut pas repartir si vite. Je ne suis plus une adolescente maintenant …”. Il la guide vers le haut et ils s’embrassent fort et affamé. “En plus, j’ai dit que je voulais te baiser par derrière et voir ma grosse bite glisser dans ta chatte mouillée et ce putain de magnifique derrière onduler pendant que je te baise fort et profondément.” Elle fait un petit sourire sournois alors que son langage redevient grossier. Il serre sa joue de cul d’une main et frotte à nouveau sa chatte avec l’autre. “Et si tu es gentille avec le vieux Pierre, je pourrais même donner une fessée à ton doux cul comme la vilaine fille que tu es pendant que je baise et martèle ta jeune chatte. Tu aimerais ça, n’est-ce pas ?”.

“Oui”, dit Stéphanie, totalement sans honte.

Ils se déplacent avec rapidité et anticipation. En quelques secondes, la table est poussée un peu en avant à la hâte et Stéphanie tombe à genoux en se penchant dessus. Tous ses vêtements sont enlevés en quelques secondes. Stéphanie lève les fesses tandis qu’il glisse ses mains moites sur ses putains de belles fesses, soulevant la robe bleue soyeuse sur ses douces fesses, les exposant lentement. Cela semble une éternité avant que son magnifique cul ne soit visible. L’attente en valait la peine. Ma bite me fait mal en regardant Pierre glisser ses mains sur ce magnifique postérieur. Mon Dieu, elle est vraiment magnifique. Il guide sa queue jusqu’à sa chatte. Il la frotte de haut en bas sur les lèvres de sa chatte pendant un moment, mouillant davantage la tête, savourant le moment. Elle me regarde dans les yeux pendant que j’attise ma bite.

Haletant fortement, Stéphanie murmure : “S’il te plaît, mets-le en moi”.

“Tu veux que la grosse bite du vieil homme te baise dans ta jeune chatte humide ?”

“Oui !” supplie-t-elle.

Sa bite la taquine encore plus. Je jure qu’elle est presque en train de jouir de la conversation alors que sa chatte est frottée par sa bite. Elle gémit à nouveau très fort. Il l’enfonce un peu, lui donnant lentement, ce qui la fait un peu pleurer, et continue à la baiser lentement en utilisant seulement la tête. Ses yeux sont vitreux, sa tête sur le côté reposant sur la table.

“S’il te plaît … Je vais jouir à nouveau …”. Elle le repousse, essayant de toute urgence de faire entrer sa queue en elle alors que ses gémissements augmentent, mais il ne cède pas. “Que veux-tu que je fasse ?” demande-t-il. Elle est au bord du gouffre.

“Baise-moi”. Sa bite continue de la taquiner avec des coups peu profonds. “Baise-moi” Pas de changement. “Je vais jouir. Oh s’il te plaît … S’il te plaît baise-moi …” Il glisse un peu plus avec de petits coups peu profonds jusqu’à ce qu’il soit presque à mi-chemin. Elle commence à crier, à haleter. “S’il te plaît. S’il te plaît, baise-moi. Je viens … S’il te plaît… Baise-moi,” elle gémit de façon urgente, presque désespérée. “Baise-moi avec ta grosse bite. Donne-moi ta grosse bite.”

Il s’enfonce fermement, tout entier, juste au moment où elle jouit, et commence à la pilonner sans relâche. Elle crie “Baise-moi…” à chaque poussée qu’il lui donne. Il la baise rapidement et si fort, la remplissant, enfonçant toute sa longueur en elle à chaque poussée féroce. Elle a les yeux fermés alors qu’il la baise brutalement, lui tapant légèrement les fesses de plus en plus fort.

“Oh”, dit Pierre, la pilonnant comme un homme possédé. “Je suis en train de te baiser. Je baise ta chatte humide et serrée.” Il frappe les petites fesses de son cul. “Je te baise … Oh, je te baise …”

Je les regarde fixement tous les deux. Honnêtement, je n’arrive pas à croire ce que je vois. Je suis sur le point de jouir pendant qu’elle crie. Le simple fait de la regarder est la chose la plus excitante que j’aie jamais vue. Je peux à peine me contenir.

Son orgasme la déchire, pendant qu’elle dit “Baise-moi” avec ses poussées. C’est un autre orgasme puissant. Ses jointures sont blanches en s’accrochant au bord de la table alors qu’il continue à la baiser comme un homme deux fois plus jeune que lui. Elle lève la tête et je vois son visage déformé par une douce agonie béate. Ses yeux sont fermés hermétiquement et sa bouche ouverte, haletant pour respirer. Sa respiration est irrégulière. Ses jambes tremblent. Elle crie encore et encore, “Baise-moi”, à chaque poussée impitoyable qu’il lui inflige. Son cul ondule sous l’effet de la férocité de leur baise. Chaque ondulation est comme une vague qui s’abat sur elle, la fracassant sans pitié. “Baise-moi …” Son corps tremble violemment alors que son orgasme atteint son apogée. Elle halète pour respirer alors qu’il continue à la baiser profondément et durement. Accablée, sa tête s’est enfoncée pour reposer sur la table tandis qu’elle gémit et qu’il continue à pilonner sa chatte.

Alors que son orgasme s’estompe, les poussées de Pierre ralentissent. Stéphanie redescend sur terre et continue de gémir à chaque poussée ferme. Alors que leur rythme se stabilise, il continue à lui donner des claques sur le cul. Pas aussi fort qu’il y a un instant, mais des petites claques ludiques. Il continue ainsi pendant une autre minute. Stéphanie est en feu. Elle surmonte les derniers spasmes de son orgasme, en gémissant. Pierre ralentit et s’arrête. Il se penche sur elle, sa bouche près de son oreille.

“Maintenant, ma petite fille dégoûtante, tu te retournes pour que je puisse sucer tes jolis seins.”

La sueur dégouline sur eux deux maintenant. Lorsqu’il se retire et qu’elle se lève et se retourne, ils s’embrassent avec avidité tandis qu’il retire le reste de sa robe. Elle semble simplement tomber, glissant sur le sol en quelques secondes. Sa bouche trouve immédiatement ses seins, suçant et léchant l’un de ces magnifiques seins tout en caressant brutalement l’autre.

“Oh … Je peux encore sentir le goût de ta chatte sur tes seins,” dit-il à bout de souffle. “Tu as un goût si magnifique, putain.”

Après quelques minutes, il l’allonge, avec ses jambes sur ses épaules et pousse lentement à nouveau. Ils continuent à baiser gentiment et lentement, dans un rythme parfait. Les mains de Pierre sont partout sur Stéphanie et Stéphanie tient son cul en le tirant. Elle lève la tête et regarde sa grosse queue entrer et sortir d’elle. Ils ne disent pas un mot, mais leurs gémissements et leurs cris remplissent la pièce alors qu’ils adoptent un rythme régulier. Ils sont comme des animaux. Il se régale de ses seins en alternant son attention de l’un à l’autre. Après quelques minutes, Pierre ralentit, s’arrête et se lève, s’enfonçant à nouveau dans le canapé. La sueur coule sur lui.

“Oh, sale petite fille”, dit Pierre en respirant lourdement, son front luisant de sueur. “Viens t’asseoir sur mes genoux et rebondis de haut en bas sur ma grosse queue”.

Elle se lève et se met à cheval sur lui. Elle glisse vers le bas en savourant la sensation de cette grosse bite. Elle commence à rebondir de haut en bas, en gémissant chaque fois qu’elle prend sa queue profondément en elle. Il suce ses seins brutalement.

Je n’en peux plus. Ma bite est en train d’exploser. J’enlève rapidement le reste de mes vêtements et je m’approche du canapé en regardant la queue de Pierre glisser dans et hors de la chatte de Stéphanie pendant qu’elle le chevauche. Avec une de ses mains libres, je la saisis et la guide vers ma bite douloureusement dure. Elle me regarde, puis regarde ma bite. Elle est plus longue que celle de Pierre, mais pas aussi grosse.

“Je crois que quelqu’un veut se joindre à notre petite fête”, dit Pierre. “Seras-tu une vilaine petite fille pour nous deux ?” et retourne sucer ses seins.

Elle lèche sa main et commence à me pomper en même temps que les poussées de Pierre. Je passe ma main sur ses seins en pinçant les mamelons, les faisant rouler entre mes doigts. Mon Dieu, ils sont si bons. Pertes, fermes et si lisses.

“Maintenant, sois la sale petite salope et suce la queue de ton mari pendant que je baise ta petite chatte.”

Elle me regarde avec ces doux yeux d’ivrogne alors que ses douces lèvres glissent sur ma queue en même temps que ses mains soyeuses glissent de haut en bas de ma tige. J’ai failli jouir à ce moment-là. Elle est lente au début mais prend de la vitesse au fur et à mesure que sa chatte est pilonnée. Je n’arrive pas à y croire. Ma voisine d’à côté se fait baiser par mon patron et elle me suce comme une petite tarte. Elle me regarde droit dans les yeux, la bouche pleine de ma queue. En quelques minutes, elle jouit à nouveau, revenant me branler alors qu’elle crie encore et encore.

Je me déplace derrière elle. Ce cul. Ce putain de cul. Je le fixe intensément, le regardant osciller et onduler tandis qu’elle rebondit sur Pierre, faisant de son mieux pour traire sa queue. Ma bite est si dure qu’elle me fait mal. Elle palpite d’urgence. Je veux la baiser. J’ai tellement envie de la baiser. Je me déplace derrière elle en faisant glisser le dessous de ma queue le long de la fente de ses joues de cul lisses et soyeuses. C’est une sensation paradisiaque.

Elle regarde autour d’elle. Je ne sais pas ce qui me prend, mais je me dirige directement vers son trou du cul et commence à le lécher. Elle me regarde en haletant, en me regardant manger son cul. Je la sonde avec ma langue et l’enfonce légèrement.

Je peux la voir me regarder du coin de l’œil. Elle arrête de chevaucher Pierre tout en continuant à me regarder lécher son trou du cul avec des yeux vitreux. Elle n’objecte pas, mais gémit doucement. Après quelques minutes, je lèche mon doigt et le glisse en elle, léchant autour de son trou. Je sonde doucement. Avec ma salive, je fais pénétrer mon doigt de plus en plus profondément. Je le retire et lèche deux doigts en laissant beaucoup de salive. J’en réintroduis un doucement en l’ouvrant à nouveau et j’en introduis un deuxième lentement, ce qui la fait soupirer. Je lui donne le temps de s’y adapter. Elle gémit et au bout de quelques minutes, mes doigts entrent et sortent doucement de son cul en même temps que les poussées lentes de Pierre, ce qui la fait gémir. Je les retire lentement et frotte avec ma bite dure et palpitante le long de cette douce et soyeuse crevasse. Le bout de ma queue suinte de pré-cum. Je le tiens et le fais glisser contre son trou. Elle s’allonge sur Pierre en soupirant et en haletant, levant ce cul magnifiquement lisse et satiné presque sans mot, comme si elle me suppliait de la baiser. Stéphanie se retourne vers moi, me regardant comme si elle me donnait le feu vert.

“Oh-ho”, dit Pierre. “Je pense que nous allons te prendre de face et de dos, petite salope sexy et sale.”

Je pose doucement la tête contre son trou serré et j’enfonce très, très doucement. Je regarde attentivement ma bite dure entrer en elle pendant qu’elle regarde, je regarde comme elle gémit lentement quand je pousse.

“Maintenant, sois une vilaine petite tartelette pour nous, et nous allons baiser tes deux trous”, dit Pierre. Elle me fait un sourire espiègle pendant que Pierre continue. “Nous allons te baiser comme tu n’as jamais été baisée auparavant. Vilaine fille. Vas-tu être une vilaine petite fille pour nous et nous baiser tous les deux en même temps ?” Elle se retourne pour faire face à Pierre. Je pousse un peu plus à l’intérieur à un gémissement plus fort de Stéphanie. “Je vais pomper tout mon sperme dans ta chatte pendant que Steve baise ton magnifique cul.”

Doucement, je retire court et j’enfonce lentement. Mon Dieu, elle est serrée. Tellement serrée. En reculant encore un peu, je pousse fermement, mais doucement, en lui donnant ma queue centimètre par centimètre. Je continue comme ça pendant quelques minutes jusqu’à ce que je baise très lentement son cul. Petit à petit, j’enfonce ma bite jusqu’à ce que je sois à fond. Je savoure le moment où mon aine embrasse son cul velouté. Sa tête se penche en arrière tandis qu’elle halète en respirant lourdement. Pendant ce temps, Pierre a accéléré son rythme et la baise longuement et lentement. Je peux sentir sa queue entrer et sortir d’elle, et je commence à synchroniser mes poussées sur son retrait. Je peux l’entendre aspirer avec avidité ses seins.

“Si plein …” dit Stéphanie, haletante.

“Oui, je sais, ces mauvais hommes profitent de toi”, dit Pierre. Je m’arrête pour la laisser s’habituer pendant que Pierre commence à pousser lentement. Stéphanie gémit et crie. Mais ce n’est pas de douleur. “Seules les vilaines filles laissent les méchants hommes leur faire de mauvaises choses, et tu es une vilaine fille sale, n’est-ce pas ?”.

“Oui”, dit-elle presque à bout de souffle, au rythme de mes poussées courtes et lentes sur son cul. “Je veux que vous, les méchants hommes, baisiez ma chatte et mon cul”, crie-t-elle. “Baise-moi comme la sale fille que je suis”.

Nous baisons ma voisine en double pénétration pendant ce qui semble être une éternité. Bientôt, le rythme devient plus physique : plus profond, plus dur et plus rapide. Nous la baisons à l’unisson, et je baise son cul comme si c’était sa chatte. Nous gémissons tous, perdus dans l’état de luxure frénétique dans lequel nous nous trouvons. Elle crie pendant que nous la pilonnons sans pitié.

“Oh Dieu-Oh Dieu-Je vais venir-” crie Stéphanie.

“Oh, vilaine petite fille, ta chatte traie bien ma queue”, dit Pierre à travers des dents serrées. Il a du mal à se retenir. Je suis tellement excité que je ne sais pas comment j’ai fait pour ne pas déjà péter mon plomb, mais je ne peux pas me retenir beaucoup plus longtemps moi-même. “Tu veux qu’on pompe tout notre sperme en toi, n’est-ce pas ? Tu veux sentir nos bites épaisses palpiter” – sa voix est tendue – “dans ta chatte… dans ton cul”. Il rugit comme un animal lorsque sa bite entre en éruption.

En criant encore et encore pendant qu’elle jouit, Stéphanie hurle, “Baise mes trous. Oh, baise mes trous. Pompe-le en moi.” Les sensations, alors qu’elle jouit, sont incroyables. Son cul serre ma queue rapidement. Pierre crie qu’il est en train de jouir. Je peux sentir sa queue palpiter à l’intérieur d’elle pendant qu’elle crie “Je suis sale… Je suis vilaine…” encore et encore pendant qu’elle jouit. Les gémissements gutturaux de Pierre continuent alors qu’il essaie de continuer à la baiser avec tout ce qu’il peut. Son rythme s’emballe alors que Stéphanie commence à se tordre sur lui, se secouant violemment, laissant échapper un long et doux cri d’agonie.

Je suis au bord du gouffre. Je regarde ce cul. Ce doux, doux cul qu’elle m’exhibe depuis ce qui semble être une éternité. Je regarde ma queue se faire avaler par elle. Je lui donne quelques claques bien senties et je regarde son cul lisse et soyeux devenir de plus en plus rouge. Il se tortille et ondule à chaque claque. Son cul est de plus en plus beau chaque fois que j’y glisse ma queue.

La pièce est remplie par les cris de Stéphanie et de Pierre alors que mes couilles se resserrent. Pierre grogne alors que Stéphanie continue de le chevaucher pendant que son orgasme s’estompe. Elle se débat et se tortille, tant la férocité de son orgasme est grande. J’attrape ses longs cheveux roux avec ma main, les tirant en queue de cheval. Mes poussées s’accélèrent pour devenir des poussées courtes et peu profondes, puis explosent en longs coups fermes. Je crie que je suis en train de jouir, mais je pense qu’ils ne s’en rendent même pas compte. Ils sont trop loin, perdus dans leurs propres orgasmes.

Tout le monde se tortille et se secoue tandis que je martèle sans relâche son cul pendant que je jouis. Et putain, je jouis. Ça ne semble pas s’arrêter. Je pompe tout ce que j’ai en elle. L’intensité de mon orgasme me choque. C’est si violent et sans remords. C’est comme si mon corps se vidait en elle à chaque élan de ma queue. Je tire sur ses cheveux, ce qui fait que sa tête se lève. Mes jointures sont blanches en tenant ses cheveux. Elle crie et gémit entre mes coups sans remords, tremble et halète de façon incontrôlée alors que son orgasme s’estompe. Elle s’effondre sur Pierre. Je pompe les dernières gouttes par saccades et courtes poussées, incapable de continuer.

Nous nous sommes tous arrêtés. Épuisés. Nous sommes une grande masse de corps et la pièce se remplit de l’odeur du sexe et de la sueur. Les seuls sons dans la pièce sont ceux de nos respirations dures et lourdes.

Préférence de la coquine : masturbation vaginal et jeune homme
Endroit de préférence pour le sexe : sous la douche discrètement
C’est avec beaucoup de plaisir que je passe mon annonce sur ce site. Je vis à Paris et je suis une femme pleine d’énergie qui adore les plaisirs de la vie.